KAMOSE « le GRAND PRINCE d’ÉGYPTE »

ou la FIGURE de MOÏSE

 

 

MOÏSE EST MARDUK/IALDABAÔTH

 

MOÏSE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article n'est pas fini, un peu de patience, tout vient avec le temps. 

 

Vous trouverez ici, la véritable histoire de Moïse, c'est Marduk dans l'Enuma Elish et Ialdabaôth dans les écrits gnostiques ou les Chroniques de Girku d'Anton Parks (avec la bonne version de l'histoire bien sûr), c'est aussi David ou encore Hammurabi. 

 

J'ai recopié le texte de l'auteur Thérèse Ghembaza en intégralité, vous pourrez jugez de la qualité de son travail à ce niveau, je me contenterai de remettre les choses à leur place et comme vous le verrez, les corrections sont tellement faciles quand vous connaissez les acteurs que ça en devient même rigolo.

 

Je pose mes corrections en violet dans un rectangle comme dans cet exemple

 

Vous trouverez le lien à la documentation originale sur www.academai.edu en cliquant-ici

 

 

 

 

 

KAMOSE « le GRAND PRINCE d’ÉGYPTE »
ou la FIGURE de MOÏSE

 

Introduction

  1. Le personnage de Moïse
  1. Moïse dans la Torah
  2. Les apocryphes juifs
  3. Moïse chez les auteurs anciens
  1. Kamose de Thebes : Libérateur de l’Égypte
  1. Le contexte historique
  2. Les témoignages de l’archéologie
  3. L’entourage familial de Kamose
  1. Kamose le premier Messie
  1. Le Juif errant
  2. Le Phénix qui renaît de ses cendres
  3. Le caractère messianique du personnage de Kamose-Thoutmose-Moïse

Conclusions

Appendice

 

KAMOSE « le GRAND PRINCE d’ÉGYPTE »
ou la FIGURE de MOÏSE

 

Par Thérèse Ghembaza

   Documentaliste diplômée de l’E.N.S.B.

 

« J’ai soumis la Terre entière, j’ai vaincu tant et tant de nations, et 

mon nom reste inconnu ! »
Paroles du dieu Sésonchosis, maître du monde
dans « Le Roman d’Alexandre ».

« Le visage de Moïse était celui d’un homme violent, orgueilleux, cupide, sensuel, imprégné de tous les vices connus. Mais grâce à ses efforts poursuivis avec une constante détermination, Moïse l’homme de Dieu, était parvenu à surmonter ses mauvais penchants jusqu’à faire que les vertus inverses deviennent sa seconde nature ».

                    Tradition hassidique rapportée par R. Israël Lipschutz

INTRODUCTION

Il existe deux théories majoritairement admises concernant le séjour des Hébreux en Égypte et leur sortie vers le Pays de Canaan. La théorie littéraire, basée sur la Torah (Ancien Testament de la Bible, Ex : 1: 11 qui mentionne la ville de Pi-Ramsès), place l’Exode à la fin du règne de Ramsès II donc vers 1213 av. J.C. Tandis que la théorie archéologique (qui s’appuie les faits historiques attestés par les découvertes des fouilles en Egypte) fait coïncider l’évènement avec la fin de l’occupation asiatique (Hyksos) sur le Delta du Nil vers 1540 av. J.C.

La théorie archéologique est largement acceptée dans les pays anglo-saxons et c’est celle que nous développerons ici, avec comme personnage central le prince Kamose de Thèbes, à la base du personnage de Moïse dans la Torah.

 

I.    LE PERSONNAGE DE MOÏSE

1.    Moïse dans la Torah

Le parcours de Moïse, homme de Dieu, nous est raconté dans deux livres de la Torah (Ancien Testament de la Bible), l’Exode et le Deutéronome. Sa naissance de parents hébreux et son adoption par une princesse égyptienne qui l’aurait sauvé des eaux du Nil rappellent la légende de la naissance du grand roi Sargon d’Akkad, un usurpateur qui sut unifier pour la première fois les cités-états de la Mésopotamie. 

Moïse, élevé à la cour de Pharaon et instruit de toutes les sagesses de l’Égypte (Ex. 7 :2), avait acquis une grande renommée aux yeux des serviteurs de Pharaon et aux yeux du peuple (Ex. 11 : 3). Jusqu’au jour où après avoir tué un Égyptien maltraitant les Hébreux, il dut s’exiler en Arabie. Puis l’ancien pharaon étant mort, Moïse revint missionné par Dieu aux secours des siens pour les délivrer de leur esclavage. Après les plaies d’Égypte, le passage de la Mer Rouge, la nouvelle alliance avec le Dieu d’Abraham et la remise des Dix Commandements, vient l’épisode du Veau d’Or et l’apparition de Moïse cornu quand il redescend de la montagne du Sinaï, étonnante coïncidence… 

Moïse ira jusqu’au bout de sa mission en conduisant son peuple à travers le désert  jusqu’à apercevoir « le Pays de Canaan ». Mais à cause des révoltes des Israélites contre Dieu, celui-ci empêche Moïse d’entrer dans la Terre Promise en le faisant mourir au pays de Moab. Et pourtant, « sa vue n’avait pas baissé, sa vitalité ne l’avait pas quitté » (Deut. 34 :7) bien qu’il ait atteint l’âge de 120 ans. Ce qui permet de s’interroger sur cette disparition inattendue…

 

2.     Les apocryphes juifs

La Torah nous fournit beaucoup d’éléments au sujet du Moïse missionné par Dieu, et peu de chose sur l’homme lui-même. Mais il existe des traditions juives non canoniques qu’on appelle la Haggadah, dont les éléments sont éparpillés dans le Talmud et le Midrash, et dans d’autres sources y compris orales. Pour simplifier, je me référerai ici à l’ouvrage écrit par le rabbin Louis Ginzberg en 1909 « Les Légendes des Juifs ». De tendance hassidique, il s’était donné pour tâche de mettre en ordre ces fragments apocryphes d’origines diverses.

Concernant la vie de Moïse, on y apprend deux faits importants : 

1° Moïse après avoir tué un Égyptien se réfugia en Éthiopie (actuel Nord Soudan, Pays de Koush pour les Egyptiens). Il avait 27 ans et il régna quarante ans sur le pays. En effet, suite à une guerre entre les Éthiopiens (Nubiens) et les nations de l’Est qui s’étaient révoltées contre son autorité, le roi Nubien fut vainqueur. Mais de retour dans son pays, il se trouva empêché de pénétrer dans sa capitale où s’était retranché un usurpateur. Le roi dut assiéger sa propre ville qui était protégée sur deux côtés par de hautes murailles et un réseau de canaux où circulaient les eaux du fleuve qui entoure l’Éthiopie, et d’un autre côté par un désert rempli de serpents et de scorpions. A ce moment Moïse survint, à qui il confia la direction de son armée.

Le roi mourut après huit ans de siège et ses officiers choisirent Moïse pour le remplacer sur le trône. Il trouva le moyen d’investir la ville, et devenu roi il fut contraint d’épouser la reine restée veuve avec un prince héritier en bas âge. Puis Aram et les princes de l'Est ayant entendu que Kikanos le roi d'Éthiopie était mort, attaquèrent à nouveau les Éthiopiens. Mais Moïse sortit avec une puissante armée pour lutter contre les nations rebelles et les vainquit.

Au bout de quarante ans, le mariage n’ayant pas été consommé, la reine revendiqua le trône pour son fils né du défunt roi, et Moïse fut éconduit par les Éthiopiens avec honneur et récompenses. Il était temps pour lui de revenir en Egypte.

D’après ces traditions non canoniques, Moïse apparaît donc comme un prince guerrier qui passa la majeure partie de sa vie hors d’Égypte.

2° On apprend aussi que, si tous les Égyptiens périrent avec leurs chars lors du passage de la Mer Rouge, le pharaon de Moïse n’est pas mort et survivra éternellement parce qu’il s’est repenti de ses erreurs au moment d’être noyé. Il est donc inutile de continuer à chercher quel roi d’Égypte serait mort noyé…

 

3.  Moïse chez les auteurs anciens

Moïse apparait aussi chez les historiens tardifs grecs et latins :

 

Ainsi, Eusèbe de Césarée (Praeparatio Evangelica,  IX:27) rapporte : " Artapan a dit dans son livre "Au sujet des Juifs" qu'après la mort d'Abraham et de son fils Mempsasthenoth et aussi du roi d'Égypte, son fils Palmanothes accéda à la royauté. Ce roi se conduisit mal envers les Juifs; et d'abord il construisit Kessa, et y fonda un temple, et ensuite, il construisit un temple à Héliopolis. Il engendra une fille Merris, qu'il maria à un certain Chénèphres, roi des régions au-dessus de  Memphis (car en ce temps-là il y avait plusieurs rois en Égypte). Et celle-ci étant stérile adopta un soi-disant (sic) enfant juif, et l'appela Mouse (Moïse) : mais quand il fut adulte, les Grecs l'appelèrent Museus. Et ce Moïse, disent-ils, fut le maître d'Orphée; et quand il fut grand il enseigna à l'humanité beaucoup de choses utiles… Toutes ces choses, il les a faites pour affermir le pouvoir de Chénèphres. Car auparavant, les multitudes étant sans commandement, avaient l'habitude de faire et de défaire les rois, reprenant parfois les mêmes personnes et parfois d'autres personnes... Mais quand Chénèphres se rendit compte de l'excellence de Moïse, il en devint jaloux et chercha à le tuer sous un prétexte plausible.

 

Ainsi quand les Éthiopiens attaquèrent l'Égypte, Chénèphres crut avoir trouvé la bonne occasion : il envoya contre eux Moïse à la tête d'une armée composée de paysans inexpérimentés, supposant que par la faiblesse de ses troupes il serait facilement détruit par l'ennemi. Mais Moïse avec son armée de 100 000 paysans parvint jusqu'à l'endroit appelé le nome d'Hermopolis et y établit son campement. De là il envoya des généraux occuper la région, et ceux-ci remportèrent de remarquables succès dans leurs batailles. Il ajoute que les habitants d'Hermopolis disent que la guerre dura dix années. C'est pourquoi, Moïse à cause de l'importance de son armée construisit une ville à cet endroit et y consacra l'ibis, parce que cet oiseau tue les animaux qui sont dangereux pour l'homme ; et il appela cette ville Hermopolis (la ville du dieu Thoth, assimilé à Hermès par les Grecs, la capitale du nome du Lièvre en Moyenne Egypte).

 

Alors les Éthiopiens (Nubiens), bien qu'ils soient ses ennemis, devinrent si admiratifs de Moïse, qu'ils apprirent de lui la pratique de la circoncision, et pas seulement eux, mais aussi tous les prêtres… Quand la guerre fut finie, Chénèphres prétendit lui faire bon accueil, alors qu'en réalité il continuait de comploter contre lui... Mais quand les Égyptiens le considérèrent comme un étranger, il réunit ses amis en leur faisant jurer de ne rien dire à Moise du complot qu'il était en train de tramer contre lui et il désigna les hommes qui devaient le tuer. Cependant quand il vit que personne ne voulait lui obéir, il s'en prit à Chanéthothes à qui il s'était spécialement adressé. Et finalement celui-ci à cause des reproches qui lui étaient faits, promit de faire l'attentat dès que l'occasion se présenterait. Sur ces entrefaites, Merris mourut et Chénèphres désigna Moïse et Chanéthothes pour aller l'enterrer dans les régions extérieures à l'Égypte, supposant qu'en chemin Moïse serait tué par Chanéthothes. 

 

Mais quand ils furent sur le chemin, ceux qui étaient au courant du complot prévinrent Moïse. Lui se tint sur ses gardes et enterra lui-même Merris dans un endroit où, en souvenir, il appela la rivière et la ville Méroé. Et cette Merris est honorée par le peuple de ce pays pas moins qu’Isis. Alors Aaron ayant eu vent du complot, conseilla à son frère de fuir en Arabie. Il écouta son conseil et traversa le Nil à Memphis dans l'intention de s'échapper. Mais quand Chanéthothes en fut informé, il tendit un piège à Moïse pour le tuer. Quand il le vit arriver, il tira son épée contre lui, mais Moïse était plus rapide que lui, il arrêta sa main, tira son épée et tua Chanéthothtes. Ensuite, il se réfugia en Arabie ».

 

Flavius Josèphe historien juif d’époque romaine, rapporte lui aussi, que Moïse, nommé général en chef de l’armée égyptienne, fit campagne en Nubie et assiégea la ville de Saba, capitale du royaume d'Éthiopie que Cambyse appela Méroé, dont il nous fait une description précise (« Antiquités Judaïques » II, 10). 

Et selon Jean, évêque de Nicée, dans ses Chroniques (chapitre XXX) : « Du temps de Moïse le législateur, le serviteur de Dieu, qui conduisit les enfants d'Israël hors d'Égypte, il régnait en Égypte Pétissonios, qui est le pharaon Amosios... Or cet insensé Pétissonios, qui est le pharaon Amosios, fut précipité, avec ses chevaux et ses cavaliers, dans la mer Rouge. En effet, lorsque, après la sortie des enfants d'Israël d'Égypte, il apprit qu'ils avaient emporté les richesses des Égyptiens… Le pharaon, transporté de colère, se mit aussitôt en route avec son armée pour les poursuivre. Il fut précipité dans la mer avec tous les siens, et il n'en resta pas un seul. Les enfants d'Israël marchèrent dans la mer, comme sur la terre ferme, et arrivèrent là où Dieu voulut».

 

Et Polémon dans le premier livre de ses "Histoires Grecques" rapporte : "Au temps d'Apis fils de Phoronéus, une partie de l'armée égyptienne fut expulsée d'Égypte et s'établit non loin de l'Arabie dans cette partie de la Syrie appelée Palestine, étant évidemment ceux qui partirent avec Moïse » (Eusèbe "Præparatio Evangelica" X, 40: 6, citant Georges le Syncelle "Chroniques" livre III).

Enfin, l’historien égyptien d’époque mamelouke, Al Maqrizi rapporte, quant à lui, « Au temps où l’Égypte était aux mains des femmes , …le roi des Amalécites marcha contre l’Égypte. Alors El Oualid (l’enfant = Moïse) ben Douma  (fils de Damas, le Syrien Apophis) leur livra des combats terribles. Il explora les sources du Nil et fut absent pendant quarante ans, puis revint en Égypte à Memphis. Les Égyptiens le reconnurent pour roi et il régna 100 ans». 

 

 

 

II.    KAMOSE le Libérateur

Nous allons voir maintenant qui fut réellement ce grand combattant :

 

 

C'est ici que commence la véritable histoire de Moïse

 

 

1.    Le contexte historique

Au cours du Moyen Empire, des colons originaires de Syrie-Palestine avaient été autorisés à s’installer au Nord de l’Égypte où ils s’étaient multipliés en trois ou quatre générations. Mais après la disparition des derniers pharaons de la XIIe dynastie et le règne éphémère d’une reine bientôt évincée du pouvoir par un usurpateur, une longue période de luttes intestines, génératrices d'anarchie s'était instaurée en Égypte. Se retrouvant ainsi sans gouvernement et n’ayant pu échapper à des dissensions internes, la communauté asiatique devenue trop nombreuse en but à l’hostilité des Égyptiens,  aurait appelé à l’aide un dynaste syrien appuyé par un corps de mercenaires anatoliens puissamment armés, avec des chars attelés de chevaux jusque-là inconnus en Égypte. Mais, comme dans la fable des grenouilles qui demandent un roi, cette armée étrangère dont ils avaient favorisé l’intrusion dans le pays les subjugua avec rudesse [DAWSON, 1949]. 

 

Cette période troublée qui se situe entre la fin du Moyen Empire et le début du Nouvel Empire, c’est-à-dire de la fin de la 13e dynastie au début de la 18e (vers 1650-1500 av. J.C.), est appelée Deuxième Période Intermédiaire par les archéologues, ou plus simplement « Période de l’occupation Hyksos », parce que les nouveaux venus s’intitulaient eux-mêmes en égyptien « heka-khasout » prince du pays des montagnes, devenu « Hyksos » en grec .

Désormais solidement implantés au Nord dans le Delta oriental, l’occupant n'allait avoir de cesse d'étendre sa domination vers le Sud. S’étant allié avec les Nubiens du royaume de Koush, ennemi héréditaire des Égyptiens sur leur frontière sud, le roi hyksos Apophis (II) Aâ-ouser-ré allait tenter de résister à la contre-offensive des Thébains dont la zone d’influence s’était vue réduite comme peau de chagrin.

Car, dans ce périlleux contexte, le jeune prince Kamose de Thèbes à la tête d’une armée égyptienne renforcée d’un régiment de mercenaires Medjaï allait bientôt entreprendre la reconquête du Nord contre l’occupant asiatique.

 

 

2.    Les témoignages de l’archéologie

Kamose, vaillant prince combattant et excellent stratège, en bon communiquant avait fait graver le récit de ses exploits militaires sur deux stèles monumentales érigées à l’entrée du grand temple d’Amon de Karnak. Les textes de ces stèles, endommagées suite à des réemplois postérieurs, ont été complétés grâce à une copie retrouvée sur une tablette en bois. Ce témoignage très direct nous apprend que l’offensive menée par les Thébains depuis la ville de Cusaé en Moyenne Égypte dura trois ans et aboutit à la prise de la capitale hyksos Avaris, assiégée et pillée par les navires de guerre égyptiens.

 

 

 

Après ce récit daté de l’an 3, aucun autre élément ne permet d’assurer que Kamose continua de vivre, ni qu’il mourut au combat comme on peut le supposer. Certains lui accordent encore huit années de vie [BARBOTIN, 2008]. Dans les inscriptions, il est souvent appelé «pa heqa aâ » le grand prince, ce qui voudrait dire que pendant la guerre de libération, il n’intervint pas en tant que pharaon mais plutôt en tant que bras armé de la reine Ah-hotep qui assurait la régence du futur pharaon Ahmose encore enfant. C’est seulement, lorsqu’il eut définitivement reconquis le Nord, que Kamose se serait alors auto-proclamé pharaon sur les territoires qu’il avait libérés et inscrit son nom dans un cartouche avec la longue titulature des rois d’Egypte.

 

Sa pyramide inviolée existait encore sous Ramsès IX (papyrus Abbott) et un sarcophage à son nom (non inscrit dans un cartouche) a été retrouvé intact au milieu un tas de déblais en 1857 dans la Vallée de Dra abou el Naga. Mais le corps non identifié qu’il contenait ne portait pas l’aureus et tomba en poussière à l’ouverture du couvercle sur lequel son portrait arborait la barbe postiche attribut des dieux et des rois. Le cercueil contenait encore de riches objets d’orfèvrerie au nom de Kamose et d’Ahmose le pharaon de Thèbes [DARESSY, 1908].

 

 

3.  L’entourage familial de Kamose

Aucun témoignage archéologique n’a été retrouvé concernant les liens familiaux de Kamose avec son prédécesseur à Thèbes le pharaon assassiné Seqen-en-ré Tao époux de la reine Ah-hotep, ni avec son successeur Ahmose Neb-pehty-rê fils des précédents souverains. Cependant, d’après des traditions tardives grecques et latines, on peut supposer que Kamose aurait été un demi-frère aîné d’Ahmose, que leur mère la reine Ah-hotep aurait eu très jeune, bien avant son mariage avec son propre frère le pharaon Seqen-en-ré Tao. Et certains éléments indiquent que ces souverains de la 17e dynastie thébaine, n’étaient pas des égyptiens de souche, mais qu’ils étaient au contraire des proches parents du souverain hyksos Apophis (I) Aâqen-en-ré qui régnait sur le Nord. Ainsi, d’après le prêtre Manéthon qui était égyptien : « La 17e dynastie fut celle des Pasteurs, des frères venus de Phénicie, des rois étrangers qui prirent Memphis». De même, le terme de Bergers (Pasteurs) est appliqué par Julius Africanus à la fois à la 15e, à la 16e et à la 17e dynastie.

 

Vous pourrez retrouver l'incarnation de Seqen-en-ré Tao dans la Clé de Lecture Universelle, c'est à dire Ea ou Osiris, la reine Ah-hotep qui était Nepthys. Si vous reprenez maintenant l'histoire donnée dans le livre "Lorsque les dieux faisaent l'homme" page 105, Enlil viola Ninlil, Enlil est appelé "le violenteur" et il dut quitter la ville, plus tard elle finie par trouver refuge auprès d'Enki, c'est la même trame avec les mêmes acteurs. Apophis est l'incarnation d'Enlil. 

 

Plusieurs traditions littéraires peuvent refléter le parcours de vie du prince Kamose “le fils du taureau” exacte signification de son nom de naissance égyptien. Selon le conte de la princesse Io, prêtresse de la Lune à Argos, qui donna le jour au taureau Épaphos en Égypte (Apollodore, Bibliothèque, II, 1,3), Kamose n’aurait pas été vraiment égyptien, ni grec, mais d’origine asiatique (d’Asie Mineure, actuelle Turquie). Le mythe grec donne Zeus comme père du taureau Épaphos, mais considérant le récit concernant Adonis honoré à Byblos avec sa mère Aphrodite, la jeune princesse aurait été violée par son propre père désigné comme Kinyras roi de Chypre, Théias roi de Syrie ou Bélos roi d’Égypte. Et suivant la légende des Atrides, la princesse n’aurait pas reconnu son agresseur mais elle lui aurait volé son épée (Apollodore, Epitomée, II, 14 ; Hyginus, Fables, 86-88).

 

Quand elle fut enceinte, le vieux roi voulut la tuer pour éviter d’être détrôné par son petit-fils comme un oracle le lui avait prédit. C’est pourquoi la princesse s’enfuit en Égypte où elle fut recueillie par le roi et la reine de ce pays. Comme elle était prêtresse de la Lune, elle reçut le nom égyptien de Ah-hotep « celle qui honore le dieu Ah » (ou Iâh, la Lune), une divinité masculine d’origine asiatique associée à Thot, grand dieu de la connaissance en Égypte. Mais à ce moment, un souverain asiatique, le roi Apophis (I) Aâ-qen-en-Rê régnait sur le Delta et il était le propre frère de la princesse Io alias Ah-hotep.

 

Apophis est le frère de la princesse Ah-hotep, vous retrouverez le même rôle à l'époque de Jésus ou Lazare (Apophis) est le frère de Marie-Madeleine (Ah-hotep) - Thot étant le faux père de Jésus donné dans la Clé de Lecture c'est à dire Joseph, c'est Nabu dans l'Enuma Elish, fils de Marduk. 

 

Bien que la princesse d’Argos ait été déjà enceinte à son arrivée en Égypte, elle avait probablement omis d’en informer le pharaon. Ce qui lui aurait permis de dire qu’elle avait accouché prématurément d’un fils du roi qui jusqu’alors était resté sans héritier. Mais lorsque vint le temps de l’accouchement, les Hyksos venaient de battre l’armée thébaine. A ce moment le pharaon Antef VII préféra se réfugier à la cour d’un souverain de Nubie qui était son ami. Ah-hotep, restée en arrière dans cette fuite précipitée, se cacha dans une certaine caverne de Nubie pour donner le jour à Kamose, car le souverain hyksos recherchait l’enfant pour le tuer. Afin de sauver son petit-fils, la mère d’Ah-hotep, la reine Teti-shéri dit que c’était son propre enfant (bien qu’elle en ait passé l’âge) et elle l’éleva jusqu’à l’âge de 5 ans. A ce moment le pharaon Antef VII en exil adopta le jeune Kamose pour en faire son héritier et l’éduqua en Nubie.

 

 

Petite erreur facilement identifiable ci-dessous, Seqen-en-ré Tao, Dionysos ou le taureau comme Apis est la figuration d'Osiris et donc Jésus. Apophis n'est donc sans doute pas le vrai père de Kamose. Dans l'Énuma Elish, les parents de Marduk alias Moïse/Kamose sont Ea/Osiris et Damkina. Cette donnée est importante, je le mettrai ici quand j'aurai retrouvé cette mémoire. 
Si Kamose est appelé "fils du taureau", ce dernier est Apis et donc la représentation d'Osiris, 
Seqen-en-ré Tao pour cet épisode de notre histoire. 

 

 

Toutes ces données nous sont fournies par les traditions rapportées par les auteurs anciens :

Hérodote, II, 146 : “Concernant Dionysos, les Grecs disent que sitôt qu’il fût né, Zeus le cousit dans sa cuisse (μηρό méro en grec) et l’emmena à Nysa (Méroé), qui est au-dessus de l’Égypte en Éthiopie (Pays de Koush, actuel Nord Soudan)”.

 

Plutarque, De Iside, 35 : “Beaucoup de Grecs font des statues de Dionysos Tauromorphe” (sous la forme d’un taureau). 

 

Flavius Josèphe, Contre Apion, I, 32, 292 : « Cet Aménophis (Antef VII confondu avec Aménophis Ier pour la raison que nous verrons plus loin, p. 19, note 28) ne pouvant soutenir leurs attaques (des Hyksos) s’enfuit en Éthiopie et laissa sa femme et son enfant derrière lui, qui fut mis au monde dans une certaine caverne. Et là elle accoucha d’un fils qui fut appelé Messenez, (mes nefer : Moïse le beau ?) et qui parvenu à l’âge d’homme, poursuivit les Juifs jusqu’en Syrie au nombre de deux cent mille ; puis il reçut son père Aménophis revenu d’Éthiopie.»

 

 

 Pour les aficionados de la bible et des contes à dormir debout, vous pourrez vous rapprocher de Marie avec l'enfant Jésus né un 25 décembre (mdr!)
 

 

Kamose abandonné par sa mère à la naissance aurait donc été élevé en Nubie par le pharaon Antef (VII) Noub-kheper-ré pour en faire un prince guerrier capable de reconquérir le trône de Thèbes. A ce sujet, Diodore (I, 53: 2-4) rapporte : “A la naissance de Sésoosis (Sésostris) son père fit une chose digne d’un grand homme et d’un roi. Il rassembla les enfants mâles de tout le pays d’Égypte qui étaient nés le même jour que son fils. Il leur attribua des nourrices et des éducateurs et il leur prescrit la même éducation et le même entraînement à tous, appliquant la théorie que ceux qui auraient été élevés dans la même fraternité et auraient bénéficié de la même relation franche seraient les plus loyaux compagnons d’armes et les plus braves à la guerre.

Il veilla à leur fournir tout le nécessaire et entraîna les jeune gens par des exercices et des épreuves incessantes : ainsi aucun n’avait de droit de manger s’il n’avait pas d’abord couru 108 stades (20 km). En conséquence, lorsqu’ils atteignirent l’âge d’homme, ils étaient tous devenus de véritables athlètes par la robustesse de leur corps, avec un esprit de commandement et d’endurance, à cause de l’entraînement qu’ils avaient reçu dans les activités les plus excellentes».

 

Kamose ignorant le secret de sa naissance aurait donc ensuite combattu le roi hyksos Apophis (II) Aâ-ouser-ré (successeur d’Apophis Aâ-qen-en-rê) sans savoir qu’il était en réalité son grand-père (et père incestueux puisqu’il avait violé sa fille Ah-hotep). C’est lorsque le jeune et bouillant guerrier s’apprêtait à tuer son ennemi, que le vieux roi lui aurait appris leur filiation. A partir de ce moment, Kamose aurait rejoint le parti asiatique sous le nom de Khayan Se-ouser-en-ré et refusé de rendre aux Thébains le Nord de l’Égypte qu’il avait reconquis par la force de ses armes. En rébellion contre son demi-frère Ahmose devenu roi de Thèbes à sa majorité, il s’enferma avec son armée et ses partisans asiatiques dans la ville d’Avaris assiégée par les troupes thébaines loyalistes.


 

C'est Apophis qui fera tuer Seqen-en-ré Tao, vous retrouverez ici le personnage dans l'histoire et son meurtre. Tous les acteurs sont (ou seront) dans la clé de lecture. Le demi-frère Ahmose est ici l'incarnation d'Horus, il se retrouve en confrontation avec Kamose - à l'image d'Horus contre Seth/Apophis et Kamose/Marduk

 

 

Grâce à la médiation de la reine Ah-hotep, après trois mois de siège un accord fut trouvé entre ses deux fils pour qu’Ahmose règne sur l’Égypte entière, l’héritage de son père le pharaon Seqen-en-ré Tao, tandis que Kamose recevait les territoires asiatiques, pour la plupart désertiques, fiefs de son grand-père. Il fut donc autorisé à quitter librement l’Égypte avec tous ses partisans. Et pour renforcer l’accord de paix entre les deux frères, le roi Ahmose épousa Ahmose-néfertari, la fille aînée de Kamose que celui-ci avait eu avec une princesse nubienne (Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, II, 10).

 

Cependant, pour le peuple égyptien Kamose qui s’était retourné contre le pouvoir de Thèbes et avait rejoint le parti ennemi avec son armée, aurait été considéré comme un traître, passible de la peine capitale. Pour sauver les apparences, sa famille déclara qu’il était mort dans un incendie et on aurait mis dans son sarcophage un cadavre calciné méconnaissable, comme le suggère ce témoignage des auteurs anciens : Diodore I, 57  "A son retour en Égypte, après sa grande expédition, Sésoosis s'arrêta à Péluse, où il faillit périr, lui, sa femme et ses enfants, dans un repas donné par son frère. Pendant qu'ils étaient assoupis par la boisson, le frère de Sésoosis profita de la nuit pour mettre le feu à des roseaux secs, accumulés d'avance autour de sa tente. Sésoosis se réveilla soudain à la clarté du feu, mais ses gardiens enivrés tardèrent à venir à son secours. Levant alors les mains, il implora les dieux pour le salut de ses enfants et de sa femme, et traversa les flammes. Après s'être ainsi sauvé, comme par un miracle, il éleva, comme nous l'avons dit, des monuments à tous les dieux, mais particulièrement à Vulcain (Ptah), auquel il devait surtout son salut" (voir aussi Hérodote II, 107). La substitution d’un corps calciné non embaumé expliquerait qu’il soit tombé en poussière à l’ouverture du cercueil au nom de Kamose trente-trois siècles plus tard.

 

 "considéré comme un traître"

 

 Si dans l'histoire de l'humanité à l'époque de Jésus par exemple, je vous demande qui est la figure emblématique du traître et que vous me répondez que vous ne voyez pas, ça va être compliqué d'aller plus loin. 
Prenez Marduk et remontez à l'époque de Jésus, donné dans la clé de lecture, normal c'est le même ! 

 

 

 

III.    KAMOSE LE PREMIER MESSIE

Le Juif errant

  1. Kamose officiellement déclaré mort, et enterré en grandes pompes dans une pyramide, fut donc obligé de quitter l’Égypte ; mais ses exploits guerriers n’allaient pas s’arrêter là. On le retrouve sous le nom du mystérieux pharaon Sésostris chez Hérodote (II, 102-103 et 106-110), Sésoosis chez Diodore (I, 53-59).

 

 

 

 C'est ici ou ça part en sucette, car il est impossible pour un archonte de devenir doux comme un agneau. Surtout pour Moïse quand vous connaissez son rôle !
Vous noterez que par rapport à cet article et les clés qui vous sont présentées, celui-ci vaut de l'or... sachant que personne n'a jamais fait les liens comme ici. Dans la suite du texte, je vous donne le nom des personnages et les liens comme ça tout le monde est content. Vous allez voir c'est facile.  

 

 

 

Sésostris est la forme grecque du nom égyptien Sénousret: “celui qui appartient à la Puissante » (déesse de Thèbes). Les égyptologues considèrent actuellement que ce personnage mystérieux est un amalgame de trois souverains égyptiens : Sésostris Ier et Sésostris III de la 12e dynastie et Ramsès II de la 19e dynastie, à cause de leurs campagnes militaires en Nubie et en Asie. Tandis qu’Eratosthène de Cyrène dans sa « Chronologie des Rois d’Égypte » identifie le 34e roi d’Égypte comme “Sistosi-chermes vaillant Héraclès”, alias Kamose devenu Thoutmose (Ier) Aâ-kheper-ka-ré confondu avec Sesostris (Ier) Kheper-ka-rê, 2e roi de la 12e dynastie.

Ceci pour les deux raisons suivantes : D’abord parce que sur l’une des faces latérales de la 2e stèle de Kamose à Karnak qui était un réemploi, on pouvait encore lire le cartouche de Sésostris Ier [HABACHI, 1972], alors que sur la face principale ne figurait pas le prénom Kamose mais seulement son nom d’Horus Ouadj-kheper-ré. Ensuite, comme rapporté par Hérodote (II, 42-44) et Diodore (III, 74) à propos d’Héraclès: « Il y aurait eu deux personnes dans un temps plus ancien qui auraient porté le même nom : Le plus ancien Héraclès qui, selon les mythes serait né en Égypte, aurait soumis par ses armes une grande partie du monde habité et aurait élevé la colonne qui est en Libye (Afrique)». Cet Héraclès était Kamose et sa mère était la reine d’Égypte nommée Ah-hotep « celle qui honore Ah » (le dieu Lune asiatique), ce qui explique le nom grec Héraclès « la gloire d’Héra » comme la gloire de sa mère. Tandis que « le second Héraclès née d’Alcmène fut nommé Alcide à sa naissance (du nom de son grand-père maternel), mais il obtint le surnom de son ancêtre d’Égypte parce qu’il avait accompli beaucoup d’actions glorieuses comme son ancêtre avant lui » (Diodore, I, 24).

 

 

 

 

Kamose ou Moïse est un meneur d'homme, mais celui-ci distribuait plutôt des pralines, des baffes ou des torgnoles, avec un petit coup d'épée ou de lance pour cloturer la discussion et ne pas revenir 2 fois sur le même sujet.
Pour Héraclès et les 12 travaux d'Hercules dans la mythologie c'est effectivement Marduk. On a repris la bataille avec Tiamat et les 12 entités, Kingu compris, ce récit a été transposé en histoire fantastique d'un héros grec pas si cool que ça au final, puisque c'est le gardien et le responsable principal du merdier sur terre - gardiens de tous les pouvoirs spirituels et matériels. (relisez l'Enuma Elish si vous avez des pertes de mémoires, je suis sûr que ça va vous revenir d'un coup...)

 

 

 

Ainsi selon les témoignages d’Hérodote et Diodore, Sésostris-Sésoosis alias Kamose fut un exceptionnel meneur d’hommes qui distribuait des terres à ses partisans et libéra les prisonniers pour dettes. Ayant rassemblé une puissante armée et croyant pouvoir  devenir le maître du monde, il conquit d’abord l’Arabie et l’Éthiopie (Nord Soudan). Il fut le premier roi d’Égypte à construire des navires de guerre et poursuivit ses conquêtes jusqu’à l’Inde, au point d’inspirer plus tard Alexandre le Grand, persuadé d’être son descendant. 

 

 

 

Pour Sésostris 1er, son père Amenemhat 1er (Osiris/Jésus) a été assassiné par des traîtres :
 

Cette conspiration est le point de départ d'un des textes littéraires les plus connus de l'Égypte ancienne, le conte de Sinouhé. En « 30, le troisième mois de l'inondation, le 7 », il parle de la mort du « roi de Haute et Basse Égypte, Séhétepibrê ». Nous possédons le récit de l'attentat dans le texte intitulé Enseignement d'Amenemhat Ier pour son fils Sésostris Ier :

« C'était après souper, la nuit était venue. Cela faisait une heure que j'étais étendu sur mon lit [c'est Amenemhat qui est censé parler] car j'étais fatigué. Comme je commençais à m'endormir, les armes consacrées à ma protection furent tournées contre moi (...). Je fus éveillé par un combat (...) et réalisai que c'était un combat de gardes. Je pris rapidement des armes dans ma main (...), mais personne ne peut se battre seul, aucun succès n'est possible sans aide. Cette effusion de sang eut lieu alors que j'étais sans toi [son fils Sésostris], avant que les courtisans aient appris que je voulais te léguer le pouvoir, avant que je ne me sois assis avec toi pour t'instruire. Car je n'y étais pas préparé, je n'avais pas prévu la négligence des serviteurs. »


Pour Sésostris 1er, si vous prenez la clé de lecture, vous verrez que c'était aussi Horus, il deviendra Alexandre le Grand, il pouvait donc sans peine imaginer être son descendant puisque c'était lui-même auparavant... toujours simple et logique avec la clé de lecture.
 

 

Notamment, Diodore (Livre I, chapitres IX et X) rapporte : « Osiris aima aussi l'agriculture comme ayant été élevé à Nysa, ville de l'Arabie heureuse et voisine de l'Égypte, où cet art était en honneur. C'est du nom de Jupiter (Zeus), son père, joint à celui de cette ville, que les Grecs ont fait Dionysius (le Zeus de Nysa = Kamose-Moïse) qui est chez eux le nom d'Osiris… On dit aussi qu'il observa le premier la vigne dans le territoire de Nyse et qu'ayant trouvé le secret de la cultiver, il but le premier du vin et apprit aux autres hommes la manière de le faire et de le conserver. Il honora Hermès ou Mercure (le dieu égyptien Thot) parce qu'il le vit doué d'un talent extraordinaire pour tout ce qui peut aller au bien de la société humaine. En effet Mercure (Thot) forma le premier une langue exacte et réglée, des dialectes grossiers et incertains dont on se servait. Il imposa des noms à une infinité de choses d'usage qui n'en avaient point. Il inventa les premiers caractères et régla jusqu'à l’harmonie des mots et des phrases.

 

Il institua plusieurs pratiques touchant les sacrifices et les autres parties du culte des dieux et il donna aux hommes les premiers principes de l'astronomie. Il leur proposa ensuite pour divertissement la lutte et la danse et leur fit concevoir quelle force et même quelle grâce le corps humain peut tirer de ces exercices. Il imagina la lyre dans laquelle il mit trois cordes par allusion aux trois saisons de l'année… Osiris étant né bienfaisant et amateur de la gloire, assembla, dit-on, une grande armée dans le dessein de parcourir la terre pour y porter toutes ses découvertes et surtout l'usage du blé et du vin : jugeant bien, qu'ayant tiré les hommes de leur première férocité et leur ayant fait goûter une société douce et raisonnable, il participerait aux honneurs des dieux…

 

Ayant donc mis l'agriculture en usage dans l'Éthiopie et y ayant bâti plusieurs villes considérables, il y laissa des gouverneurs et d'autres officiers pour lever les tributs qu'il imposa sur cette province… Étant arrivé aux confins de l'Éthiopie, il fit border le Nil de part et d'autre de puissantes digues, afin que dans ses crues il ne ravageât plus les campagnes et qu'il ne s'étendit pour les arroser dans le besoin, qu'à proportion qu'on ouvrirait les écluses qu'il avait fait faire avec beaucoup d'art. Il traversa ensuite l'Arabie le long de la mer Rouge et continua sa route jusqu'aux Indes et aux extrémités de la terre. Il bâtit dans les Indes de grandes villes et entre autres Nysa, à laquelle il donna ce nom en mémoire de la ville d'Égypte où il était né… Enfin il fit dresser des colonnes (στηλαι) pour faire ressouvenir ces peuples des choses qu'il leur avait enseignées… C'est ainsi qu'Osiris laissa sur toute sa route les fruits heureux de sa sagesse et de sa bonté. Revenu en Égypte il fit part à ses peuples d'une infinité de choses curieuses et utiles qu'il rapportait de ses longs voyages et s'attira par tant de bienfaits le nom de dieu et le culte qu'on rend aux dieux. »

 

 

Dans ces textes, le personnage qui ressort est celui d'Osiris (Dionysos en Grèce) et le père d'Ea/Osiris est Anu (le Zeus grecque)  voir l'Enuma Elish, et pour Sésostris 1er c'est Horus son fils à l'époque d'Osiris. tout rentre dans l'ordre quand vous savez qui est qui. Vous pouvez donc confondre Osiris et Horus puisque c'est la même âme (groupe). 

 

 

 

Et Strabon (XVI, 4:4) concernant la zone du détroit de Bab-el-Mandeb rapporte : “Il y a une colonne (στηλην) de Sésostris l’Égyptien, qui raconte en hiéroglyphes sa traversée du golfe (la Mer Rouge), car manifestement il fut le premier homme à soumettre tous les pays des Éthiopiens et des Troglodytes. Ensuite il traversa en Arabie, puis il envahit l’Asie. Actuellement, pour cette raison, il y a encore dans beaucoup d’endroits, des retranchements de Sésostris, comme on les appelle, et des reproductions de temples des dieux égyptiens». Et la légende dorée d’Alexandre rapportée par Al Maqrizi [BOURIANT, 1895], qui se superpose à celle du pharaon Sésostris, le fait même aller jusqu’en Chine et au Tibet. 

 

Le même Sésostris est aussi appelé Sésonchosis : D’après la Scholie d’Apollonios de Rhodes (IV 272-74) Sésonchosis (Sesostris-Khonsou) régna en Égypte immédiatement après les dieux, c’est-à-dire après Horus (Ahmose Neb-pehty-ré). Il soumit l’Asie entière et la plus grande partie de l’Europe. Il institua la perpétuation des métiers de père en fils (cf. le système des castes) et il fut le premier à monter à cheval.

Ainsi dans le Roman d’Alexandre [TALLET-BONVALOT, 1994], il est rapporté que revenant d’une expédition en Inde, le roi trouva une stèle sur laquelle était gravée cette inscription : « Moi, Sésonchosis, maître du monde, j’ai créé ce point d’eau pour les navigateurs de la Mer Erythrée (Mer Rouge) ».

 

Puis étant allé jusqu’à Méroé au Nord Soudan, Alexandre aurait atteint une certaine grotte sacrée où il rencontra le pharaon déifié Sésonchosis qui lui dit «J’ai soumis la Terre entière, j’ai vaincu tant et tant de nations, et mon nom reste inconnu ! ». Et après la fondation de la ville d’Alexandrie, les Égyptiens saluèrent Alexandre comme le nouveau Sésonchosis. Sésostris-Sésoosis-Sésonchosis-Osiris, ce grand conquérant et explorateur du monde habité pourrait donc bien être Kamose-Moïse après sa sortie d’Égypte. Remarquons aussi que dans la Torah massorétique le livre de l’Exode est appelé «Le Livre de Chemoth».

 

 

Vous savez maintenant qu'Alexandre le Grand était dans une vie d'avant Sésostris, qu'on le prenne pour le nouveau Sésonchosis est juste normal !

 

  1.  
  2.  
  3. Le Phénix qui renaît de ses cendres
  4.  

Bien qu’il soit l’aîné d’Ahmose d’une quinzaine d’années, Kamose le bâtard avait dû renoncer au trône de Thèbes par la volonté de sa mère Ah-hotep qui avait préféré privilégier son cadet, fils de son défunt frère-époux le pharaon Seqen-en-ré Tao.

Banni définitivement d’Égypte, Kamose après avoir conduit ses troupes rebelles et ses partisans asiatiques à travers le désert du Sinaï jusqu’en Syrie-Palestine les aurait quittés pour continuer ses pérégrinations et ses conquêtes pendant quarante ans à travers le monde habité, jusqu’au jour où son petit-fils le pharaon Aménophis Ier (fils d’Ahmose et d’Ahmose-Néfertari fille de Kamose) mourut sans héritier mâle.

C’est alors qu’un vieux général venu de Nubie monta sur le trône de Thèbes sous le nom de règne de Thoutmose (Ier) Aâ-kheper-ka-ré, sans susciter d’opposition dans le pays. On ne connait pas son père et rien n’indique que sa mère, désignée par lui comme la grande mère royale Seni-seneb, était de sang royal. Thoutmose était cependant l’époux de la reine Ahmès, qui est dite sœur de roi, et même mère de roi sous le règne de sa fille Hatshepsout, mais jamais fille de roi. Thoutmose Ier régna treize ans et mourut vers l’âge de 80 ans. Il aurait donc eu 67 ans à son accession au trône qui fut forcément soutenue par la reine-mère Ahmose-néfertari. Elle mourut avant lui et il fut très affecté par son décès.

 

A l’avènement de Thoutmose Ier, si quarante années s’étaient écoulées depuis la sortie des Asiatiques hors d’Égypte et la soudaine disparition de Kamose, compte-tenu de l’espérance de vie en ce temps-là, la plupart de ceux qui l’avaient connu étaient déjà morts (Ex. 5, 19). Rappelons aussi que Kamose comme Thoutmose Ier avait passé une grande partie de sa vie en Nubie (Pays de Koush).

Thoutmose Ier fut le premier roi d’Égypte à porter le nom de naissance « né de Thot », qui est le propre qualificatif gravé sur la lame d’une pointe de lance au nom de Kamose, retrouvée dans le cercueil de sa mère, la reine Ah-hotep, à Dra abou el Naga [WINLOCK, 1924). On peut aussi remarquer que sous le règne d’Ahmose, le premier d’une longue série de gouverneurs égyptiens de Nubie s’appelait Djéhouty c’est-à-dire Thot, peut-être un pseudonyme de Kamose exilé destiné à régner plus tard sous le nom de Thoutmose (né de Thot).

Donc tout concorde pour se demander s’il ne s’agissait pas du même personnage. Et comme le dit l’oracle de Sérapis dans le Roman d’Alexandre : « Le roi qui s’est enfui reviendra en Égypte, sans avoir vieilli, rajeuni au contraire ». C’est donc comme un ressuscité que Kamose serait réapparu sous le nom de Thoutmose Ier, ce qui pourrait être à l’origine du mythe du Phénix (Phénicien ?) qui renaît de ses cendres.

 

  1. Le caractère messianique de Kamose-Thoutmose-Moïse

Kamose vainqueur des Hyksos et mort au combat dans l’incendie d’Avaris pouvait facilement passer pour un héros sauveur aux yeux des Égyptiens. On pouvait même dire qu’il avait sacrifié sa vie pour sauver l’Égypte, tout autant qu’il fut le libérateur des Hébreux en les faisant sortir d’Égypte où ils étaient opprimés (Tout dépend du côté où l’on se trouve…). Ensuite, comme le dit Isaïe (53 : 10)  « Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours. ». Et c’est bien ce qui est arrivé à Kamose devenu Thoutmose Ier.

 

En fait le personnage violent, cupide et dominateur de Kamose dans sa jeunesse se serait complètement transformé au cours de ses quarante années d’errance. Si l’on considère le dieu perse Mithra, né lui aussi dans une grotte comme Kamose, on apprend que notre héros avait combattu et tué le taureau qui était en lui : c’est dire que Kamose « le fils du taureau » était devenu Thoutmose « le fils de Thot » dieu de l’intelligence et de la sagesse. Et si on se rapproche de la mythologie crétoise, on voit que le Minotaure alias Kamose, le monstre au corps d’homme et tête de taureau, avait été vaincu par Thésée, alias Thoutmose Ier, c’est-à-dire par lui-même. C’était donc là une allégorie.

 

De même, par le sacrifice symbolique du taureau, les initiés du culte de Mithra pouvaient prétendre à la résurrection et à la vie éternelle…

On comprend mieux ainsi la tradition où Moïse admet que bien que né pétri de vices, il était parvenu à vaincre ses mauvais penchants jusqu’à devenir un modèle de toutes les vertus. Enfin, c’est lui qui l’a dit…

 

 

Comme vous devriez le comprendre en lisant ce texte, les références sont toujours en rapport avec Osiris, rien à voir avec Marduk, c'est une erreur que vous aurez corrigé de vous même. 

 

 

CONCLUSIONS

Voici donc une tentative de reconstitution de la vie du valeureux prince-combattant Kamose dont l'archéologie n'a permis de reconstituer que les trois premières années d'un règne qui semble avoir été trop éphémère. Or, à défaut de preuves archéologiques, c'est dans les traditions littéraires tardives que nous avons trouvé les éléments permettant de comprendre le déroulement d'évènements restés obscurs dans cette période troublée de l'histoire de l'Égypte. C'est aussi dans les traditions gréco-romaines et judéo-chrétiennes que nous sommes allés puiser les données qui nous ont permis de reconstituer la vie tumultueuse du jeune prince de Thèbes vainqueur d'Apophis, déifié en Égypte sous le nom de Kamoutef « le taureau de sa mère », qui devait donner le jour à tant de légendes telles celle d'Oedipe en Grèce, de Minos de Crète, de Memnon l'Ethiopien qui construisit à Suse, et du côté asiatique à la grande tradition du Moïse biblique.

 

Nous avons voulu faire revivre dans toute sa grandeur tragique un personnage d'envergure exceptionnelle, mais d'une grande complexité : Kamose de Thèbes, combattant du désert, meneur d'hommes et génial prophète d'un dieu unique, jaloux et belliqueux : Yah pour les descendants Madianites d’Abraham (Ex. 3 :6) et les habitants de Jéricho, devenu Yahwé dans la Torah des Juifs après leur retour de Babylone au 6e siècle av. J.C. (Ex. 3 : 14).

 

Maintenant, il apparait difficile de faire reconnaitre la figure de Moïse dans le personnage de Kamose, tout comme l’identité des Hébreux (Ivrim habitants d’Avaris) avec les Hyksos, en raison de leurs côtés négatifs soulignés par les textes anciens extérieurs à la Torah. Mais nous entendons ici faire la part des choses : Kamose élevé à Nysa-Méroé (Dionysos pour les Grecs, parfois identifié avec Osiris) fut un grand guerrier conquérant, mais aussi un grand génie civilisateur à sa manière. Quant aux occupants asiatiques du Nord de l’Égypte, ils n’étaient pas tous des Anatoliens barbares (Solymes apparentés aux Hourrites), puisque la plupart descendaient des premiers émigrants amorites (Aamou)  arrivés sous le règne de Sésostris II et ils étaient parfaitement intégrés dans le paysage égyptien depuis plusieurs générations.

 

 

En aucun cas, Moïse est un grand génie civilisateur, ou alors à la mode Pol Pot. Je vous ai dit qu'il faut remonter au début des temps pour comprendre l'histoire, tant que vous êtes incapable de le faire, l'histoire du monde est incompréhensible et vous n'expliquez rien du tout. 
Si vous savez que c'est Marduk qui a pris tous les pouvoirs, vous pouvez comprendre que tout le long de ses incarnations, il a tenté de le garder par tous les moyens, aidé par ses compères Anu, Enlil et toute la clique de la double humanité.

 

 

 

 

 

APPENDICE :

 

Kamose le Maudit ou Le destin de Faust

La momie de Thoutmose Ier n’a pas été retrouvée. Et bien que deux tombes lui aient été successivement destinées dans la Vallée des Rois [VANDERSLEYEN, 1995], il semble qu’elles n’aient jamais reçu son cercueil. Là encore des traditions tardives nous en proposent une explication : Selon Manéthon qui l’appelle Ménès, ce roi devenu aveugle dans sa vieillesse se perdit dans les marais de Thèbes et fut dévoré par un hippopotame».

 

Or cet animal était la personnification du dieu Seth, le Satan des Égyptiens, celui-là même qui s’adjugea l’âme du vieillard Faust qui la lui avait vendue pour obtenir l’amour d’une jeune fille. Souvenons-nous que Kamose-Thoutmose Ier avait peut-être épousé sa propre petite-fille.

 

Et rappelons ici que Fostat (ou Fustat) est l’un des quartiers du Vieux Caire qui se trouvait à proximité de l’ancienne Memphis.

 

 

Si vous prenez la clé de lecture, vous trouverez le personnage de Menès, c'est Osiris, vous retrouverez l'histoire de l'hippopotame ci-dessous à l'époque de Séqénenrê :


Un conte égyptien recopié sous la XIXe dynastie et intitulé « La querelle d'Apophis et de Séqénenrê »Note 8, qui nous est parvenu malheureusement de manière très fragmentaire, rapporte un échange curieux entre Apophis, souverain hyksôs de l'Égypte régnant depuis Avaris, et le roi de Thèbes. Apophis demande à Séqenenrê de chasser les hippopotames de son étang, car leurs bruits incommodent le pharaon et l'empêchent de dormir la nuit.

Considérant la distance entre Thèbes et Avaris, ce message ne peut avoir qu'un sens caché, ou symbolique. Il s'agirait vraisemblablement pour le souverain du nord d'affirmer sa souveraineté sur son vassal du sud.
 

« Qu'un messager aille vers le chef de la ville du Midi pour lui dire : Le roi Râ-Apôpi, v.s.f, t'envoie dire : Qu'on chasse sur l'étang les hippopotames qui sont dans les canaux du pays, afin qu'ils laissent venir à moi le sommeil, la nuit et le jour... »

 

 

 

 

REFERENCES

Al Maqrizi - Description topographique et historique de l'Égypte. Trad. U. Bouriant, 2e partie, E. Leroux, Paris, 1895-1900.
En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828537q/f000402.tableDesMatieres

Barbotin, C. - Âhmosis et le début de la XVIIIe dynastie. Pygmalion, Paris, 2008.

Daressy, G . - Le cercueil du roi Kamès. ASAE , 1908, 9, 62.

Dawson, W.R. - Papyrus Harris I. JEA, 1949, 35, 161.

Ginzberg, L. - Les Légendes des Juifs. Trad. Sed-Rajana, Vol. III et IV. Les Editions du Cerf, Paris, 2002-2003.
En ligne en anglais : http://www.sacred-texts.com/jud/loj/loj206.htm

Habachi, L. - The second stela of Kamose and his struggle against the Hyksos ruler and his capital. Glückstadt, 1972.

Pseudo-Callisthène trad. par Tallet-Bonvalot, A. - Le Roman d’Alexandre. Vie d’Alexandre le Grand. GF-Flammarion, Paris, 1994.

Vandersleyen, C. - L'Égypte et la Vallée du Nil, Tome II. De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire. Presses Universitaires de France, Paris, 1995.

Winlock, H. E. - The tombs of the kings of the Seventeenth Dynasty.  JEA, 1924, 10: 217-277.

Publié le: lundi 02 septembre 2019 (567 lectures)
Copyrights © par Conscience & Inconscient

Format imprimable  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

[ Retour ]