Œdipe et Akhénaton

D’Immanuel Velikovsky

 

oedipe et Akhenaton

Œdipe et Akhénaton

 

Ce livre est très intéressant, Immanuel Velikovsky a bien trouvé une réelle similitude entre les personnages liés à la vie d'Akhénaton et ceux de la légende d'Œdipe. La clé de lecture vous permet de trouver les identités de chacun à travers l'histoire. Œdipe et Freud font partie du personnage d'Ignace de Loyola alors qu'Akhénaton est Anu ou Ponce Pilate, vous les retrouverez tous les deux dans la clé de lecture. Les personnages dans la période d'Akhénaton ne sont pas tous nommés et donc découvert, cela doit tenir à la clé mathématique pour comprendre l'organisation des incarnations au fur et à mesure de l'histoire donné par les archontes pour maitriser le jeu sur terre, mais comme tout vient de l'Esprit et que Jésus et Marie-Madeleine sont ici pour finir l'histoire (et donc la comprendre), elle viendra avec le temps encore une fois. La plus belle découverte est l'identité d'Amon-Rê 

 

Sigmund Freud

Freud

 

Vous trouverez Freud et ses différentes incarnations dans l'histoire ici sous les traits d'Ignace de Loyola par exemple.

 

 

Le Schéma pour vous permettre de vous y retrouver pendant la lecture. 

 

œdipe et Akhénaton

 

 

Dans la clé de lecture, j'avais indiqué la reine Tiy comme l'incarnation de Marie, ce qui semblait logique, toutefois, à la lecture de l'histoire, n'ayant pas retrouvé encore ses mémoires, je pose le doute sur l'identité de Tiy pour la vraie mère de Jésus. Elle sera posée dans la clé de lecture quand nous aurons un peu avancé dans l'histoire égyptienne.  
Pour Aménophis III, c'est lui qui fera entrer Amenhotep dans la maison royale, nous retrouvons le même rôle à l'époque ou Aménophis III deviendra Georges Washington (vrai père de Jésus) avec Lafayette dans le rôle d'Aménothep fils de Hapou (Jésus). 

 

Amenthotep fils d'Hapou fut "reconnu" de son vivant puis divinisé après sa mort. Originaire d'Athribis dans le Delta, issu d'une famille de condition modeste, il semble avoir gravi les échelons de la connaissance et du savoir. Scribe, architecte, doté d'une grande sagesse, "ses qualités d’administrateur le feront promouvoir aux plus hautes fonctions de la cour.

 

Clé de lecture utilisée pour les incarnations des personnages : Clé de Lecture Universelle© simplifiée pour la lecture et le décodage 

 

 

Quelques uns des livres qui seront étudiés pour l'histoire égyptienne. Il y en a pas moins de 50 livres pour la période pour commencer... de quoi voir venir si vous ne savez toujours pas d'idée sur vos lectures pour cet été!  

 

Livres sur l'Egypte

 

Livres sur lEgypte

 

Description de l'Egypte publiée par les ordres de Napoléon- Denderah

 

 

Le temple de l'homme
Le temple de l'homme de R.A. Schwaller de Luubicz

 

 

 

Œdipe et Akhénaton

 

Akhénaton

 

Nous pouvons comprendre facilement sur cette fresque, l'adoration d'Akhénaton au soleil. 

 

 

 

Page 16

Le subconscient incite à posséder la mère ; que ce fût dissimulé ou révélé par les rêves, cela n’était pas ignorer des anciens.

 

Décodage : on arrive à une première ineptie. Freud est un pervers qui a été abusé et a aimé ça. C’est un archonte avec tout ce que cela entraîne comme dérive sexuelle et pathologique. Tous les psychologues basant leur savoir et leur connaissance sur Freud se fourvoient et n’ont en réalité qu’une idée extrêmement succincte de la psychologie humaine, puisqu’ils n’ont déjà absolument aucune idée de leur propre identité...alors celle des autres ! Ils ne voient que le jeu extérieur et sont incapables de décoder la moindre manipulation de l’entité à laquelle ils sont asservi eux-mêmes ou celles qui les consultent. Aucun humain sur terre n’a la capacité de décoder l’inconscient s’il n’a pas fait le chemin avant qui est l’individuation, c’est extrêmement simple de le vérifier puisque personne n’a jamais décodé le minimum de ce qui est présenté ici. Vous décodez l'inconscient, vous avez la réalité du Serpent dans la Genèse et vous connaissez l'incarnation de Jung aujourd'hui au minimum. 

 

Page 33

un congrès à Corinthe décida de raser Thèbes, cause de nombreuses guerres intérieures , et seule la maison où, deux siècles plus tôt, le grand poète Pindare était né fut épargnée par ordre d’Alexandre.

 

Décodage : encore ici, l’explication est simple, Pindare fait partie de la Sainte Famille...soit l’incarnation d’Alexandre-le-Grand lui-même, Joseph d’Arimathie ou Victor Hugo - je l'indiquerai dans la clé de lecture avec le bon personnage. 

 

Page 36

Le nouvel empire fut créé par les efforts de Kamos et Ahmosis, frères qui combattirent la domination pâlissante des rois-bergers.

 

Décodage : Kamos est en réalité Kamosé ou Moïse/Ialdabaôth à l'époque de Seqénenrê Taâ (Osiris), vous retrouverez la bonne version des personnages et de l’histoire ici pour Moïse

 

Page 36 (Suite)

De Thoutmosis I, qui pénétra en Asie, et de sa fille Hatshepsout (Nephtys) qui accrut et enrichit l’empire par des relations pacifiques avec les nations voisines ; de Thoutmosis III (Anubis) qui entreprit une série d’actions militaires pénétrant profondément dans le Proche-Orient et Fils Égypte plus grande qu’elle ne fut jamais avant et après. Thoutmosis III (Anubis) fut suivi par Aménophis II (Marduk) un homme d’une grande force physique, cruel et vaniteux, mais de loin un chef militaire moins puissant que son prédécesseur.

 

Décodage : pour reconnaître Marduk en tant qu’Aménophis II, quand il est dit : « il est d’une grande force » - on pourra prendre le parallèle avec Hercule. Il abattra six princes avec sa massue, cette dernière est le 2e indice pour Hercule. 

Dans l'Enuma Elish, un personnage possède aussi une massue, c'est Ninurta, une massue appelée Sharur ou Sarur " broyeuse de Multitudes" qui est douée de parole et est capable de se mouvoir seule. Il nous faudra donc placer son personnage dans la clé de lecture pour déterminer aussi son parcours car les rôles ont été changés pas mal de fois au cours du temps. 

 

Hercule et sa massue
Hercule et sa massue

 

 

Toujours page 26

La momie de ce pharaon (Aménophis II) fut retrouvée, de même que son arc, dans une tombe qu’il fit construire pour lui-même dans la vallée des rois ; d’après ses inscriptions, nous savons que sa grande fierté était que nul autre prince ou commandant n’eût la force de bander son arc.

 

Décodage : le personnage d’Ulysse est Osiris ou Éa, et si on revient à l’histoire d’EA dans l’Enuma Elish, c’est Marduk qui s’est attribué tous les pouvoirs et même Éa lui a donné son nom. On peut comprendre qu’Aménophis II (Marduk)  avait encore à cette époque, l’arc qu’il était le seul à pouvoir bander (l’arc et sa symbolique volée à Osiris et qui représentait Ulysse à une autre époque) et qu’il a été enterré avec (pour garder le symbole dans sa tombe et donc à travers le temps jusqu’au moment où sa tombe sera découverte et le symbole récupéré...si je vous le donne, c’est qu’il est disponible dans l’inconscient collectif, le Jésus d’aujourd’hui l’a donc récupéré), et qui dans la symbolique représente l’Arc de Jeanne (d’Arc), de l’Acadie (ou Arcadie du Québec) ou encore des bergers d’Arcadie de Rennes le Château. L’arc revenant par la suite la propriété et le symbole d’Ulysse (Jésus) revenant de son long voyage retrouver Pénélope (Marie-Madeleine) et son fils Télémaque (Horus).
 

 

Homère

 

Iliade d'Homère 
Nous détaillerons ce symbole très important avec l’étude du voyage d’Ulysse et de son retour puisque cela représente l’incarnation du Jésus d’aujourd’hui (Ulysse) retrouvant Marie Madeleine (Pénélope) et son fils (Télémaque) pour la dernière partie du Jeu terrestre, la fin des archontes.
Dans le roman raconté par Homère, la célèbre Hiliade, Ulysse se distingue au cours de la guerre de Troie avec la construction du cheval de Troie, mais dans cette saga, il est déjà incarné dans le personnage d’Euphorbe qui deviendra Astyanax. Comme tout doit se tenir et être logique, comme je sais qu’Ulysse représente bien Jésus qui était aussi Pythagore, une mise à jour sera réalisée quand je retrouverai ces mémoires.

 

 

Page 36 et 37

Dans les années 1920, une importante stèle s’est trouvée dans le sable, tout près du grandiose Sphinx de Gizeh, sur laquelle Aménophis II décrivait comment il avait été choisi par l’Oracle du sphinx pour être roi et comment, par gratitude, il avait construit une chapelle pour l’Oracle.
Par un signe mystérieux ou une voix miraculeuse dont l’accueillant grand prophète d’Héliopolis ne devait probablement pas ignorer la source, le père des dieux dictait au nouveau monarque les lois de sa conduite.

 

Décodage : vous pourrez faire un parallèle des plus évidents arrivé ici. De plus les mêmes personnages sont utilisés, la clé de lecture vous permet de comprendre qu’il n’y a ici encore aucune interprétation à avoir.

On a eu Moïse qui se fait dicter par Yahvé les Tables de la loi, on a ensuite Aménophis II qui se fait dicter d’autres lois... Aménophis II et Moïse étant la même entité dans la clé de lecture, logique encore une fois.

 

 

 

Page 37

Le Sphinx représentant la Amon, le père des dieux, pour de dogmatiques desseins.

 

Décodage : le Sphinx était représenté à l’origine avec une tête de Lion. Le Sphinx a été construit vraisemblablement à l’époque de la période de l’entrée dans le zodiaque du lion. Ialdabaôth est représenté par un lion, ce qui semble coïncider pour l’interprétation.

 

Page 37

Aménophis II fut suivi sur le trône Égypte par Thoutmosis IV, non pas le fils aîné du roi, mais celui que l’oracle avait choisi. Il ne figurait pas dans la ligne de succession, mais était simplement un des princes de la maison royale. À 10 ans, il eut un rêve prémonitoire. Lors d’une expédition de chasse dans le désert, tout près du sphinx de Gizeh, il s’arrête pour se reposer à l’ombre du sphinx, s’endormit et entendit le Sphinx lui déclarer qu’il deviendrait roi et devrait récompenser l’oracle en dégageant le visage du sphinx de l’empiètement du désert par le sable.

 

Décodage : Thoutmosis IV est aussi appelé Djéhoutymès IV, fils d'Amenhotep II et de la reine Tiâa, est le huitième pharaon de la XVIII dynastie. Maneton l'appelle Thutmosis. Pour aller plus loin, il a de grande chance d’être l’incarnation de Thot ou Nabu, ce dernier étant le fils de Marduk dans l’Enuma Elish, et Marduk étant lui-même Aménophis II. De plus, le nom de Djéhouti est aussi attribué à Thot.

 

Page 57

Amon, de même que Jupiter, était adoré par toutes les nations de l’Antiquité. En Grèce, son nom est Zeus, en Babylonie, Marduk ; c’est ainsi que nous tentons de le démontrer dans un autre ouvrage, il était Mazda en Perse et Siva en Inde. Nous avons actuellement le témoignage des auteurs classiques qu’Amon était Jupiter, et le fameux sanctuaire de l’oasis de Silva, dans le désert de Libye, ou Alexandre de macédoine fit son pèlerinage à 332 av. J.-C.. fut donné par les auteurs grecs pour avoir été dédié à Zeus-Amon et par les Latins à Jupiter-Amon

 

Décodage : Amon-Rê est présent aussi bien dans la triade de Thèbes que dans l’opgoade d’heliopolis qui est représentée par huit divinités

 

Dans la triade de Thèbes, son nom Imen, « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme. Sa parèdre est Mout et leur fils est Khonsou. Mout est une Déesse dangereuse, elle se transforme en lionne aux griffes acérées…

 

Triade de Thèbes

 

 

En revenant avec Ialdabaôth, sa parèdre est Shekmet, représentée avec une tête de lionne, tout sauf une tigresse adorable puisque Ialdabaôth et Shekmet sont les archontes les plus importants.

 

Les différentes versions de Ialdabaôth dans l'histoire

Les différentes versions de Ialdabaôth dans l'histoire

 

Si on revient dans l’Enuma Elish, l’inconnaissable ou le caché est aussi Marduk, puisque personne n’a jamais pu lui associer sa véritable identité (Ialdabaôth) et ses représentations pour un dieu ayant volé tous les pouvoirs sont plutôt difficiles à trouver, il est donc bien caché. Quant à Khonsou, sa représentation est un dieu hiéroacocéphale (tête de faucon) coiffé du disque lunaire sur un croissant de lune, facilement identifiable à Sin ou Nanna (dans l’Enuma Elish).

 

Par rapport à Amon qui incarne l’inconnaissable, il y a 7 autres entités primordiales :

 

  • Noun et Naunet, représentant l'eau primordiale, l'Océan initial
  • Hehou et Hehet, personnifiant l'infinité spatiale associée à l'Océan primordial
  • Kekou et Keket, symbolisant les ténèbres
  • Amon et Amonet, incarnant « ce qui est caché », « ce qui ne peut se voir, mais qui se ressent »

 

 

Si Amon est l’inconnaissable et qu’il y a 7 autres divinités, il est impossible de lui associer l’identité de la Source divine, du Père de toute chose ou de l’énergie cosmique tel qu’on pourrait se la représenter suivant sa croyance.

Vous pouvez donc prendre les 7 autres entités au sens physique du terme, incarné dans des corps non humains puisque c’est Osiris qui les créa au final.

 

Amon-Rê EST Ialdabaôth

Amon
Ialdabaôth

 

 

Page 59

La réforme religieuse d’Akhénaton fait le sujet d’un grand nombre de livres et d’essais. L’égyptologue James Breasted appelait Akhénaton « le premier idéaliste et le premier individualiste du monde » et « le plus remarquable de tous les pharaons est le premier individualiste de l’histoire humaine ».... les comparaisons avec le Christ ne manquent pas.

 

Décodage : voilà le genre d’âneries que vous verrez de moins en moins. Akhénaton est juste l’Archonte Numéro 2... assassin et exploiteur d’enfants, James Breasted doit être à sa solde, comme le pape pour la bible ou les Jésuites pour Macron...

 

 

Page 61

Akhénaton libera Thèbes de sacrifices humains, renversa le Sphinx est un institua une religion d’amour, mais aussi d’auto adoration.

 

Décodage :  Compréhension pour l’humain qui n’a pas fait de recherche sur l’Égypte (aucune chance qu’il ait compris quoique ce soit ailleurs non plus) et qui regarde BFM ou lit le journal le Monde ou Science et Vie, la réalité est totalement différente et c’est même tout l’inverse. On le reconnaît au masque qu’il porte dans la rue ou au titre de chercheur qu'il se donne comme zététicien.

 

Page 65

Quoi qu’il en soit, ce qu’Akhénaton fit à son père fut aux yeux des Égyptiens l’équivalent d’un meurtre, ou même pis : un homme massacré par un criminel pouvait être rappelé à la vie dans les champs de la béatitude, mais s’il était tué de la sorte, par une action symbolique sur terre, il ne pouvait plus avoir d’autres existences.

 

Décodage : Les actions symboliques sur terre ont une action réelle dans notre monde physique, encore faut-il pouvoir les décoder.

 

Page 66

En cette circonstance, il est intéressant de savoir qu’Œdipe, dont la paternité est attribuée à Laïus, est aussi appelé, dans certaines sources anciennes, « fils d’Helios ». (Soleil)

 

Décodage : dans l’Enuma Elish, Hélios est Shamash, c’est le chef de la milice archontique quand Anu (Akhénaton) est le grand patron. Il faut donc chercher la descendance de Shamash ...

 

Suite page 66-67

Ensuite Akhénaton insista sur le fait qu’il s’était créé lui-même, ainsi que Rê. D’Amon-Rê,  il fut dit qu’il était l’époux de sa mère. L’expression favorite pour un être auto existant ou un être créé par lui-même était « mari de sa mère ». Il prétendait être Aton-Rê, et, dans cette esprit, il prit aussi le nom de son père Nebmare, comme s’il était son propre père.

 

Décodage : Akhénaton est un archonte, les archontes sont les seuls à croire qu’ils peuvent tout créer tout seuls, tout ce qu’ils veulent, eux-mêmes aussi… l’arrogance est toujours leur carte de visite.

 

 

Du culte d'Amon à celui d'Aton

C'est encore là ou ça va forcément faire un peu mal, car personne n'a jamais compris la réalité des personnages, Amon est Ialdabaôth par exemple. Pour Aton, c'est plus simple, Akhénaton se fait un culte à lui-même puisqu'il se prend pour le soleil, il croit s'être auto-engendré et il le marque, on aura de toute façon le culte d'Aton plus tard puisque Akhénaton est aussi le Yahvé de la bible.

Pour retrouver la correspondance entre les époques, le culte du dieu Aton est en réalité un culte à lui-même - Akhenaton à cette époque, mais il l'est aussi pour garder ce lien à qui il est aujourd'hui. Il suffit de rajouter la lettre manquante "n" à Aton pour retrouver la personne concernée. Un peu comme on peut lire le prénom "Ben" et qui inversé se lit "Neb", rapport à Neb-Heru par exemple. 

Nous retrouverons une histoire du passage d'un culte à un autre à la Révolution Française avec le culte de l'être suprême. On ne change pas de régime puisque c'est toujours 2 cultes aux archontes, la bible étant liée à Yahvé (Akhénaton) et le culte de l'être suprême à Isis (Tiamat ou Marthe de Béthanie). 

Robespierre est un homme à cette époque, c'est une femme dans l'Enuma Elish (
Geshtinanna) et Salomé à l'époque de Jésus. 

 

Culte de l'être suprême

 

 

Le culte de l'être suprême

 

 

Page 77

La tombe la plus au sud [du temple Akhénaton] construite dans le roc le fut pour Ay.

 

Page 78

Une seule partie fut gravée, montrant Ay et son épouse Ty, recevant des présents d’Akhénaton et de Nefertiti

 

Il est incontestable qu’Ay fut le plus influent homme d’État du temps d’Akhénaton. Son pouvoir fut même plus grand sous le règne de Toutankhamon, et, après la mort prématurée de ce dernier, il devint pharaon d’Égypte bien qu’il ne fut pas prince de naissance.

 

Page 108

De façon similaire, à la fin du règne d’Akhénaton, le pays fut l’objet de désastres et de calamités, et Toutankhamon décrivit ainsi sur une stèle la situation : « le pays fut malade et les dieux lui tournèrent le dos »

 

Décodage : quand vous mettez un grand malade, comprenez un désaxé et un pervers au pouvoir, il est tout à fait normal que tout ce qui existait en bien et richesse puisse se transformer en mort et misère. C’est le principe de tout Archonte que de jouer le ver dans le fruit...quand à celles et ceux qui l’ont encensé, des copains PO et des ignorants. Et ça n’a absolument pas changé depuis puisque ne sont au pouvoir en France par exemple, que le même genre de personnage, n’importe qui pouvant constater le faux roi Macron et sa mère et les résultats de cette gouvernance...pitoyable, suivie par sa caste de lèchesbottes et ramasses miettes.

 

Akhénaton

 

Il n'y a qu'a regardez sa statue pour comprendre la problématique chez Akhénaton, nous avons la même gageur aujourd'hui avec le phénomène transgenre ou on ne sait plus si on doit dire madame ou monsieur. Le transgenre fait partie de l'agenda archontique puisqu'il faut supprimer l'identité de l'humain sous toute ses formes, sexuelle comprise.  

 

 

Page 105

Semenkharê était un bon jeune homme il fut marié très tôt à Meritaten, la fille aînée de Néfertiti.
La troisième fille, Ankhesenpaaton, fut mariée à son demi-frère Toutankhamon, mais non sans avoir été visité par son père, Akhénaton, dans sa chambre nuptiale; le fruit de cette union ses petites filles qui mourut peu après sa naissance. La découverte de ce fait concernant Akhénaton atténuea le cœur des louanges émanant des cercles scientifiques, profanes et religieux, à l’adresse de ce roi, bien qu’il fut tout de même qualifié de « grand réformateur» et de « monothéiste »

 

Décodage : Une ignominie sur patte... mais bon, comme la moitié de l’humanité a ce concept pour cadre de vie, il n’y a qu’à voir nos religieux papes et cardinaux, amateurs de petits garçons dont ils pourraient être le père, il n’y a donc rien de nouveau. La décadence morale et sexuelle a toujours été l’apanage des archontes, c’est dans leur nature. Un Borgia ou un pape d’aujourd’hui a les mêmes travers et on ne parle pas encore de sacrifices d’enfants ni d’anthropophagie pour le moment, déjà que l'ensemble de la population vraiment humaine est totalement ignorante d'une double humanité, on ne va pas tout poser sur la table, ils se font déjà dessus avec une grippette !

 

 

Page 106

Œdipe vivait avec sa mère comme son épouse et reine. Ainsi fit Akhénaton.

 

Décodage : si ça ne vous rappelle pas quelqu’un... sauf Akhénaton et Œdipe qui sont deux personnages différents. On a ici ce qu’une partie du peuple a comme vision, puisqu’il faut bien qu’une minorité puisse l’élire pour qu’il gouverne. Il n’y a qu’à interroger celles et ceux qui l’ont élu pour comprendre, ce sont soit des portails organiques, soit des crétins.

 

Macron et sa mère
Macron et sa femme...ou sa mère, c'est au choix. 

 

 

Page 110

Du temps d’Aménophis III et d’Akhénaton vivait, là-bas en Égypte, un homme qui était considéré comme un saint et comme étant l’Égyptien le plus avisé de l’époque, Amenhotep, fils de Hapou, un prophète et non un prêtre.
Une seule autre personne, Imhotep, de sang non royal, et en des temps beaucoup plus anciens, ceux de l’Ancien Empire, avait été déifiée en Égypte. L’autobiographie d’Amenhotep, fils de Hapou, et si remplis d’affirmations énigmatiques que personne n’a jamais essayé de la traduire de l’égyptien, excepté quelques pages pour un exposé de ses talents dans la fonction publique, dans la plus ancienne partie de sa vie. « En raison de sa sagesse et de sa prétendue aptitude à prévoir les événements, il fut tenu pour un être de nature divine. » Ainsi était le Tirésias de la légende.

 

Décodage : Amenhotep, fils de Hapou et Imhotep sont deux incarnations de Jésus, on peut comprendre leur nature « divine ».

 

Page 111

Pour une raison qui échappa à la compréhension de spécialistes de l’égyptologie, le prophète déifié Amenhotep était considéré comme le protecteur des aveugles, et cela durant plusieurs siècles jusqu’au temps des Ptolémées.

 

Décodage : Amenhotep est Jésus, on serait aussi enclin à comprendre qu’il redonne la vue aux aveugles, mais pas seulement ceux ayant un problème physique, mais ceux qui comme aujourd’hui ne voient rien (ou ne veulent rien voir) malgré tout ce qui se fait devant leurs yeux.

 

Page 114

Apparemment, quelque autre "prince prédestiné" vécut dans ce palais prison. Akhénaton fut un occupant de ce lieu qui, quelques années plutôt, avait été occupé par Nefertiti.

 

Décodage : Nefertiti est Claudia Procula, elle deviendra Camille Claudel, internée de force (dénoncée par Rodin) où elle vécut dans la misère la plus totale et où Rodin lui vola son œuvre. Rodin qui était le centurion Longinus qui perça le flanc de Jésus - soldat à la solde de Ponce Pilate (Akhénaton)

 

Page 168

Texte d’annotation

selon une  légende médiévale conservée dans un manuscrit du XIIIe siècle, Judas l’Iscariote a une vie dont l’histoire est semblable à celle d’Oedipe.  Il était né dans l’île de Cariottes (crête), placer dans un navire de la côte, fut sauvé, tu as son père et épousas sa mère (Constans, la légende d’Oedipe, page 95-103). Si d’autres parties de la légende sont mythiques, la crête comme lieu de naissance de Judas trouverait des justifications dans son nom : Ish (homme de) Cariot (Crète) Une construction habituelle en hébreu biblique.

 

Décodage : Judas est Ialdabaôth ou Moïse, détail intéressant qui sera à approfondir puisque nous avons l’identité du personnage.

 

Page 192

Incontestablement, chez un lecteur moderne, le pouvoir du destin d’Œdipe réveille quelques échos… Sa destinée nous émeut parce qu’elle pourra avoir été la nôtre, parce que la malédiction dont il fut l’objet est universelle. Il se pourrait que nous soyons tous destinés à diriger nos premières pulsions sexuelles vers notre mère, et nos premières pulsions de haine vers nos pères ; nos rêves nous ont convaincus. Le roi Œdipe, qui massacra son père laïus et épousa Jocaste, sa mère ni plus ni moins que la représentation d’un désir, celui de notre enfance.

 

Décodage : c’est tout Freud, je n’ai jamais eu ce genre de pensées, Freud était un pervers comme l’était Akhénaton, c’est bien là le jeu de l’archonte. Comme je vous l’ai déjà démontré maintes et maintes fois, l’archonte modèle le jeu dans l’astral et il le concrétise dans le physique avec l’entité humaine qu’il incarne, il est machiavélique par nature, et c’est ce qui entraîne l’humanité depuis le début des temps, il n’existe pas d’amour comme vous pouvez le concevoir chez l’archonte et donc son pendant humain sur terre, seul le résultat compte et donc la manipulation par la perversion, qui signe un déséquilibre dans la conscience et demande un réajustement.

 

Personne sur terre n’ayant jusqu’à présent découvert qui est véritablement Freud (sauf ici), il est normal que Freud lui-même ajoutât dans une de ses éditions la phrase :

« Aucune des découvertes de la recherche psychanalytique n’a soulevé de contradiction aussi envenimer, une opposition aussi furieuse, ni même de telles divertissantes acrobaties de critiques, comme cette indication des impulsions incestueuses de l’enfance qui survive dans l’inconscient »

 

Les pensées incestueuses de l’enfant sont des pensées de l’archonte lui-même, juste pour le jeu sur terre. Aucun vrai humain n’a jamais eu ce type de pensées, il est donc normal qu’il y est un tel soulèvement de critiques.

Il est encore pour beaucoup le père de la psychanalyse, des institutions publiques travaillent bien entendu avec des personnes formées à son école, et si vous ne savez pas pourquoi il est toujours adulé, c’est parce que les aficionados de ses théories ont toujours un point commun, qui se ressemble s’assemble... la double humanité est toujours la réponse. On a la même chose avec Pasteur et le vaccin, rien n’a changé en ce bas monde, l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions.

 

Page 197

Aurait-il été possible au roi Akhénaton de traverser la barrière du temps allongé sur le divan d’un analyste, l’analyse aurait, dans un premier stade, révélé une auto admiration morbide ou des traits narcissiques, une tendance homosexuelle, avec un sadisme réprimé et l’apparition en surface de traits féminins, ainsi qu’un violent complexe d’Oedipe non réprimé. Le traitement approprié de cette audite historique n’aurait pas dû commencer par la résolution du complexe, mais par la destruction du composant narcissique de sa névrose psychique.

 

Décodage : la vraie figure de Freud lui-même ou d’Akhénaton, c’est tellement simple quand on sait qui est qui...

 

Page 198

Durant une « discussion tournant autour de l’essai d’Abraham sur Aménophis, dans lequel Abraham suivait la trace de la révolution du roi égyptien vers une profonde hostilités contre son père, Carl Gustave Jung protesta que l’on accorda trop d’importance au fait qu’Aménophis avait effacé les inscriptions et le nom de son père ou qu’ils apparaissent ; n’importe quelle vœux de mort était sans importance, en comparaison avec l’exploit de l’établissement du monothéisme ».
Freud, qui participait à la discussion, c’est évanouit soudain et tomba inconscient sur le sol. Cet épisode devrait être rappelé en considérant le refoulement par Freud de son entière connaissance psychanalytique, lorsqu’il traita 25 ans plus tard, d’Akhénaton.
Freud était-il à deux doigts de quelque profonde compréhension et, de se fait, « bloqué » comme le sont certaines passions des psychanalystes avant la révélation d’une importante vérité sur lui-même ?

 

Décodage : meday, meday.... merde, il va tout balancer ce con... ferme ta gue…. bordel !!!!  Coupez la communication !!!!!!

Quand on sait aujourd’hui à qui parlait Freud... son archonte lui coupe le sifflet et la lumière ! Facile à comprendre avec la clé de lecture. 

 

Ferme là

 

 

 

Le Sphinx

 

Le sphinx

 

Dans la légende d'Œdipe, personne n'est capable d'itentifier le sphinx, dans le livre Œdipe et Akhénaton, c'est l'oracle de Delphes. Marie-Madeleine a été à une époque une oracle, il restera ici aussi à la replacer dans la bonne période. 

 

 

 

 

©ANDRE Jean-Claude 2020

 

Publié le: jeudi 25 juin 2020 (911 lectures)
Copyrights © par Conscience et Inconscience

Format imprimable

[ Retour ]