La Race Fabuleuse Gerard de Sède

 

 

la race fabuleuse

 

 

 

Pour le décodage du livre, munissez-vous de la clé de lecture universelle (CLU v1.0), soyez sûr d'avoir la dernière version, celle-ci sera toujours sur cette page du site internet, située au début du texte en cliquant ici. Elle sera upgradée au fur et à mesure de mes lectures et donc vous pourrez trouver le nom d'un nouveau personnage historique qui vous permettra de faire d'autres liens de compréhension par rapport à l'histoire. 

  

 

 

Page 15

 

La Woëvre, c'est aussi le nom de la forêt où Dagobert II est mort assassiné.  

 

décodage de l'hydre, du serpent ou de la vouivre  (Woëvre) 

 

Page 18

Tant que le Chef du temps, l’initiateur de la grande année fut le serpent d’étoiles, le dragon où trônait la polaire, le serpent fut en honneur parmi tous les peuples. Ce fut le temps du bon serpent, instructeur de l’homme, éveilleur du troisième œil qui permet de voir ce qui est caché : c’est pourquoi les pharaons arboraient le serpent sur leur tiare. Les Aztèques et Maya fier du serpent à plumes leur dieu tutélaire ; en Grèce, le serpent python rendait les oracles, l’Inde fit du serpent le symbole de la force vitale en élevant des troupeaux de serpent sacré.
Mais plus tard, de nouveaux mythes proclamèrent l’indignité du serpent. Yahvé le condamna à marcher sur son ventre et l’on vit dans le monde entier les héros jeter à terre le dragon ailé. Hercule combattit l’Hydre de Lerne tendit que Junon fit monter au ciel l’Arcadienne Kalisto sous la forme d’une ourse. Le sens astronomique de ses symboles et transparent : il marque le moment où la polaire de L’ourse détrôna celle du dragon comme chef du temps.

 

Décodage : il suffit de remettre Osiris comme instructeur de l’homme, Python qui est Seth, le tueur d’Osiris et le faux dieux de la Bible, Yahvé. 

Le dragon n’est ni plus ni moins que l’hydre et donc Osiris. 

L’hydre dont il faut couper la tête, phrase prononcée par Blanche de Castille (Isis/Tiamat) à l'époque des cathares, en apprenant que Montségur était toujours debout.

 

 

Page 21

Le Dieu Bââl qui signifie « Seigneur » existe sous la forme d’un jeune taureau et symbolise la fécondité, équivalent sémitique de Saturne. 

 

C’était le veau d’Or du gentil Moïse, et celui-ci redescendu de la montagne, voyant ceux qui l’adorait encore, les passa au fil de l’épée et fit fondre le veau d’or. 

Moloch lui a été remplacé pour y faire des sacrifices, Bââl étant remplacé par Yahvé, le Dieu d’amour de la bible et du Vatican pour les gogos en culotte courte

 

On le satanisa pour en faire un démon sous les noms de Bââl - Phégor et de Bââl- Zébuth 

 

 

Page 28

Tous les auteurs précisent que les vestiges du temple de Saturne ont été découvert sur l’emplacement de l’ancienne église Saint-Dagobert, construite en 879 par Charles le Chauve, pour succéder à l’église Saint-Remi que Thierry 1er, fils de Clovis, avait édifié en 533 sur le site de ce temple. 

 

Charles le Chauve (13 juillet 823- 6 oct 877)

 

 

Page 32

A la tête du royaume wisigoth se trouve la dynastie des Balthes qui se prétend d’origine divine. 

 

(Voir le mystère gothique de Gérard de Sède pour Wotan… logique) 

 

Page 33

Ce n’est pas le sang des Balthes mais celui des Mérovingiens qui aura le destin de lignée élue. 

 

Page 37

...Fonderont la première Troie… l’incendie décrit par Homère, les bijoux identifiés comme le trésor de Priam…

 

Page 38

La guerre et l’incendie de la dernière Troie, transposée poétiquement par Homère, se situent vers 1300 avant notre ère. 

 

Page 40

Un roi Franc du nom de Priam aurait régné en 382

 

Page 43

Mérovée ou Mérouweg, porteur d’un sang sacré d’origine surnaturelle, la légende…

 

Page 44

Les Reges Criniti - rois chevelus ou rois velus, la race mérovingienne 

 

Page 45

Dans l’Iliade, Pallas tire Achille par ses longs cheveux et c’est en le tenant par les cheveux que Pyrrhus égorge Priam

 

page 49

Le trésor de Childéric 1er

300 abeilles d’or, une tête de taureau portant une svatiska sur le front, puis une tête de soleil auréolée d’une chevelure rayon, puis une plaque d’argent et un pommeau d’épée ornés chacun d’une woëvre.... et une boule de cristal dans son sépulcre;

 

Les abeilles sont aussi le symbole d’Osiris comme de la lignée mérovingienne, la tête de taureau est aussi l’Apis d’Osiris, la svatiska appartient à Bouddha et la woëvre est le nom de la forêt ou Dagobert II fut assassiné. 

Pour la disparition des abeilles, il vous faut le comprendre dans le sens symbolique - puisque tout est symbole et que c'est l'inconscient collectif qui dirige notre humanité. Donc si les abeilles disparaissent (en les aidant un peu beaucoup), c'est qu'elles sont le symbole d'Osiris et de la lignée mérovingienne, et comme la lignée mérovingienne c'est Jésus qui vient récupérer ses billes dans pas longtemps, on essaye par tous les moyens d'éliminer le symbole donc les abeilles. Idem pour la svatiska avec Hitler, les corridas, etc...

Le symbole diabolisé universel c'est la peur du serpent posée dans la bible - comme le serpent est Osiris - et que c'est aussi Jésus qui vient fermer la maison de vacances (l'expérience 3D falsifiée), on a tout fait pour que ce soit gravé dans l'inconscient collectif puisque la bible c'est Yahvé et Moïse - le taulier avec Ialdabaôth. L'histoire de Jésus à été entièrement trafiquée par les apôtres qui sont tous des archontes.

 

Page 52

Les emblèmes distinctifs des mérovingiens 

Taureau, abeilles et serpent -  identique pour les Egyptiens et Osiris, et la symbolique va bien plus loin !!! 

 

Les emblèmes d’un peuple, d’une tribu, d’une caste, d’une famille plonge leurs racines loin dans l’histoire passée et dans la psychologie profonde de ce qui, de génération en génération, sont transmis pour qui sait les lire, ils ne laissent donc pas d’être révélateur.
Les emblèmes distinctif des mérovingiens n’échappent pas à cette règle, à commencer par ce que Childéric avait fait placer dans sa sépulture : le taureau, les abeilles, le serpent.
Dans le bestiaire divin, c’est le taureau qui fait l’objet du culte les plus anciens que nous connaissons. Dans le symbolisme astrologique, il est signe de terre, régi par Vénus, printanier, associé au chaud et à l’humide, en un mot emblème de fécondité.
 L’abeille tient dans la mythologie la place éminente de nourricière de Dieu. Zeus enfant fut aussi nourri par les mélisse du miel des abeilles du mont Ida. C’est en effet du miel que l’on tirait le nectar et l’ambroisie qui non seulement conférait au dieu l’éternelle jeunesse et l’immortalité, mais encore leur servait à rendre incorruptibles les corps des héros, ce qui explique peut-être en partie leur présence dans le tombeau de Childéric.
Parce que son miel représentait la nourriture spirituelle qui permet de franchir les limites de la condition commune, l’abeille a de tout temps symbolisée l’initiation.
On lit, par exemple, dans les Upanishads : les rayons de miel sont les rayons du soleil et les abeilles sont les doctrines secrètes. Ce symbolisme est toujours en usage puisque l’abeille est demeurée l’emblème des sociétés savantes.
Quant au serpent ou woëvre, nous avons déjà examiné son symbolisme astrologique, mais en le voyant dans la tombe du fils de Mérouweg qui était né d’un monstre marin, c’est un autre de ses aspects qui vient à l’esprit : celui des Telchines honorés en Crète, à Chypre et à Rhodes, que l’on appelait « enfants de la mer » et qui avaient la faculté de se métamorphoser en serpent.
L’association de ces trois animaux sacrés dans la sépulture de Tournai est particulièrement digne d’attention car elle permet une lecture nouvelle de leur symbolisme.
Le taureau et l’abeille sont en effet reliés entre eux par le mythe et l’étymologie. Car Apis est à la fois le nom latin de l’abeille et celui du dieu taureau dans le culte se répandit depuis l’Égypte jusqu’en Grèce, où Apis passait pour le premier roi légendaire d’Argos.
De surcroît, Pline prétend que c’est de la décomposition du corps d’un taureau que naquirent les premières abeilles, ce qui est probablement une manière imagée de présenter la substitution au culte primitif d’une conception religieuse plus savante. 
D’eux-mêmes, l’archéologie révèle les relations symbolique qui existait jadis entre le taureau et le serpent. On a trouvé en Crète et à Chypre de nombreuses sépultures du début de l’âge de bronze ou les figures de ces deux animaux sacrés sont associés. Jacques Duchaussoy, qui signale ce fait, en conclus que déjà l’idée de fécondité matérielle initiale avait évolué dans ces îles vers celle de fécondation spirituelle et initiatique.
Plus près de nous, on a trouvé à Reims un autel d'époque gauloises sur lequel on peut voir le dieu Cernunnos flanqué d’un taureau et d’un serpent.
Ainsi, les emblèmes découvert dans la tombe de Childéric sont pour nous riche d’enseignement : il porte témoignage à la fois de l’Antiquité des traditions religieuses auxquelles se référeraient les mérovingiens et de l’identité des contrées qu’ils avaient jadis traversées. Par là, il révèle le fond de vérité de la "saga". Ses emblèmes jettent aussi une précieuse lumière sur la fonction de la lignée mérovingienne, lignée de rois-prêtres, d’initiés royaux.

 

Page 55

C’est très souvent sous le nom de « crapauds » que Nostradamus, dans ses Centuries désignent les rois mérovingiens 

 

Le crapaud était l’emblème de la déesse Sangaria, patronne de la Phrygie. - Claudia - (voir Camille Claudel ) 

 

 

Page 59

La royauté mérovingienne contraste avec les institutions monarchiques qui ont fait la suite régi de la France.
Contrairement aux principes soutenue plus tard selon lequel ce qui fait le roi « ce n'est pas sa personne mais le droit » elle repose entièrement sur le sang. Un mérovingiens n'est pas fait roi, il l’est. S’il est élu, ce ne peut être qu'au sein d'une seule lignée ; S’il reçoit l’initiation royale celle-ci ne l’Institue pas, mais ne fait que le proclamer; il ne règne pas sur un territoire mais seulement sur des sujets qui lui ont individuellement prêté serment; 
Ses rapports avec ses sujets ne sont pas ceux d'un supérieur avec ses administrés; ils ressemblent bien plutôt à ceux d'un chef spirituel avec ses fidèles. 

 

 

Page 60

Un rituel d'initiation comportant une mort et une résurrection symbolique... 

 

Obligatoire comme je vous l'ai déjà donné pour une connexion au Soi, démontrable physiquement par un événement physique sans aucune interprétation. 

 

Page 61

Il est le 17, les 16 points de la Rose des Vents, plus le centre 

 

On a encore ici une relation au 17, comme le 17 janvier ou le 1+7 = 8, l'infini.

 

C'est une conception analogue qui préside à la royauté mérovingienne. Le roi n'est éligible qu'au sein d'une lignée sacrée qui se veut "la première race", celle dont l'origine remonte jusqu'au temps fabuleux. De même que le roi indien disposait à la fois du Kshatra et du Brahma, le roi mérovingien est à la fois Truthin, c'est à dire chef de guerre, et Thiodan, c'est à dire chef sacré (1). Au premier aspect correspond l'élévation de l'élu sur le bouclier, au second, le rituel de l'onction. 

 

(1) Le nom de Thuthin évoque le nom celto-germanique du sanglier : Trut, qui évoque lui-même celui du chêne, Dru. Le nom de Thiodan se retrouve dans les noms royaux de Theodebert, Theodebald, Thierry, etc... 

 

Page 63

La destruction stupide provoqua la colère et la vengeance de Clovis, contenait des échantillons de sang de chacun des 39 premiers rois Francs jusqu'à Marcomir. 

 

Page 64

Le roi règne mais ne gouverne pas. 

 

Contrairement aux principes soutenue plus tard selon lequel ce qui fait le roi « ce n'est pas sa personne mais le droit » elle repose entièrement sur le sang. Un mérovingiens n'est pas fait roi, il l’est. S’il est élu, ce ne peut être qu'au sein d'une seule lignée ; S’il reçoit l’initiation royale celle-ci ne l’Institue pas, mais ne fait que le proclamer il ne règne pas sur un territoire mais seulement sur des sujets qui lui ont individuellement prêté serment; 

 

Quoi qu’il en soit,  L’onction qui fait le roi mérovingien ne fût-ce que parce qu’elle est pratiquée sur la tête en fait un roi prêtre investi d’un double pouvoir à la fois guerrier est magique deux aspects qui ne vont pas l’un sans l’autre —  car c’est la magie qui passe pour assurer le succès des armes et qui ne se différencieront que bien plus tard en revanche, le troisième pouvoir, celui de légiférer, n’est pas de son ressort : le roi règne mais ne gouverne pas.
Règne et gouvernement sont du reste incompatible. Le gouvernement, fonction civile, n’est exercé par le roi qu’incidemment ; il peut être délégué, possède quelques compétences en la matière. Au contraire le règne est une fonction magique, une sorte de rayonnement, une puissance d’équilibre qui ne peut émaner que de la personne de l’initié royale. Parce qu’il règne sans gouverner, celui-ci est au royaume ce que Dieu est au monde : il est la loi du monde présente dans le royaume et adapté à celui-ci ; il s’identifie à l’ordre secrets de l’univers et devient ainsi un roi universelle, il n’est pas roi de l’univers entier, mais rois qui fait régner sur un territoire plus ou moins vaste un ordre conforme à l’ordre universel.
Son royaume devient ainsi une sorte de maquette magique de l'univers. Le roi-mage réalise dans sa personne la concordance analogique entre le macrocosme et le microcosme qu’est la cité. Comme dans la fable il est le soliveau, mais au sens le plus fort du terme : soliveau, parce que né d'une souche, la souche royale, Stirps Regia, soliveau, parce qu'il est la charpente assurant l'équilibre et la communication entre « le monde d’en haut » et « le monde d’en bas ». Et dans ce rôle il est irremplaçable.

 

Page 65

Comment s’est faite la prise de pouvoir de la double humanité sur la lignée sacrée mérovingienne : 

 

… Huges Capet , violemment contesté, a besoin d'une consécration religieuse et se fait sacrer en 987 à Noyon. Comme l'écrit très justement JP. Bayard : il semble ainsi que les Capétiens ce soit servi de la cérémonie du sacre afin de légitimer leur succession au trône, la substitution de 987 portant atteinte à la famille des mérovingiens. 

 

Page65/66

C’est la une précaution contre le retour de celle-ci. Ainsi, à la monarchie de type magique et mystique ou le roi, réunion sans gouverner, n'était que le garant de la loi et qui ouvrait ainsi la voix à une monarchie constitutionnel, va se substituer une monarchie de type politique, ou le roi est avant tout le souverain et qui ouvre la voie à l’absolutisme. En apparence, les derniers rejetons de la souche mérovingienne avait été réduit à rien, « fait néant ».
En réalité, on les avait seulement contraint à entrer dans l'ombre, roi feignant, affectons de ne pas l’être, roi caché, roi perdus, mais dont les descendants, tels des revenants, seront le cauchemar des usurpateur.

 

Page 68

Henry Lebineau serait selon le Marquis de B. Interrogé par Gérard de Sède, Léo Schidlof 

 

Selon lui : 

Les Sicambres étaient à l’origine des Hébreux émigrés depuis la Grèce (Arcadie) vers la Sicile, puis les Alpes et le Rhin jusqu’à l’Est de la Gaulle, parmi les Francs;

 

Des Hébreux, Mérouweg, Clovis, le bon roi Dagorbert ? Et que venait faire ici l’Arcadie 

 

 

Page 69

Le Caucase est très probablement le berceau de la race humaine ; c’est pourquoi les traditions relative à la race primordiale qui aurait survécu au déluge se rattache aux souvenirs des Aryas. Arya signifie en effet « montagnard », de la racine Ar qui donne montagne et refuge. C’est pourquoi on retrouve cette racine à la fois dans le nord du Mont Ararat, qui fait justement partie du Caucase, ou Noé sur réfugia dans son arche, et dans celui du mont Araonies, point culminant de l’Arcadie, patrie de Pelasgos, l’homme primordial de la mythologie préhellénique. 

 

Décodage : Il y a un rapport avec la montagne des Logions 48 et 106, qui a aussi un rapport avec le paradis perdu. 

 

Page 81

Ce n’est pas le gouvernement qui fait le roi, mais le sage

 

 

Page 104 

Les prophètes D’Orval

 

La dame de Stenay n'est autre que Mathilde de Toscane, la tante de Godefroy de Bouillon, ce dernier était à l'époque Jésus et la dame de Stenay sa mère Marie. logique avec la véritable histoire et le nom des personnage du Jeu.   

 

Vous avez ici suffisamment de rôles et deux noms de joueurs qui vous permettrons de retrouver le scénario, certains noms qui n’apparaissent pas dans la clé de lecture 1.0 viendront par la suite, car ils sont sur d’autres histoires comme Poussin, Molière, Mazarin, Richelieu, etc... que je me dois de relier encore à d'autres personnages.  

 

Vous avez par exemple un homme très important qui est le 33ème abbé d’Orval, Mathias Delvaux, le nombre 33 est ici assigné au Christ qui serait mort à 33 ans. Vous comprendrez qu’ici, on nous donne une indication précieuse et qu'elle le devient encore plus si vous savez que Jésus, Nostradamus, Godefroy de Bouillon ou Clovis sont les personnages d'une seule et même entité. 

 

Nostradamus a-t-il pris connaissance de ce mystérieux manuscrit et de quelques autres ? C’est plus que probable. Comme l’écrit un de ses récents biographe : le séjour à Orval dut être fructueux. Médecin studieux et esprit dévorant, il a dû lire tout ce que lui était offert par le conservatoire étonnant qui était alors le scriptorium de ce monastère séculaire. On peut même aller plus loin si l’on en juge par ce qu’il écrivait lui-même à son fils : « plusieurs volumes qui ont esté cachés par long siècles me ont esté manifestez, mais, doutant de ce quil adviendrait, en ay fait après lecture présent à Vulcain. 
On avait donc remis à Nostradamus des documents anciens et secret d’une telle importance que, par prudence politique, il jugea sage de les brûler. Toujours est-il que c’est au retour d’Orval qu’il publie l’interprétation des hiéroglyphes d’Horapollon (Horus/fils de Jésus), sa première œuvre, daté de 1545. Bientôt les Centuries (1555) le rendront célèbre, ils font de lui un augure politique consulté par les derniers Valois avec autant de crainte que de respect, car ils avaient annoncé leur fin tragique.

 

 

page 133

Le mensonge de St Vincent de Paul

 

Pour tout le monde, St Vincent de Paul est l'apôtre de la charité mais il y a derrière cette vitrine un tout autre personnage. 

St Vincent de Paul fait partie de la Compagnie du Saint Sacrement, et celle-ci à eu des intrigues à la cour du Roi de France, mais il fait aussi le lien entre plusieurs affaires avec des personnages importants qui concernent les mystères de l'histoire de France dont Rennes le Château. On retrouvera Fouquet, Mazarin, le peintre Poussin ou Molière et d'autres lieux comme St Sulpice. 

Vous retrouverez donc souvent cette compagnie dans les différentes lectures qui seront étudiées

Avec la clé de lecture, il suffit de descendre le fil de ses incarnations pour savoir qui il était à l'époque de Jésus, c'est le "PAUL" apôtre du Christ dont le cinéma vente si bien les mérites. C'est lui qui enlèvera le fils de Jésus quand la Sainte Famille arrivera aux Saintes. Et c'était aussi l'ex-mari de la Magdala, avant que cette dernière ne devienne la femme de Jésus. Pas du tout un personnage fréquentable en réalité, ou alors pour faire des parties de chasse dans zombiland.     

 

La Compagnie du Saint-Sacrement

La Compagnie du Saint-Sacrement est une société, pieuse et secrète, fondée en 1627 par le clergé et des dévots. Elle compte, parmi ses membres, des personnes religieuses et laïques dont certains noms influant comme Bossuet, le prince de Conti ou Anne d'Autriche, mère de Louis XIV. Soutenue par le pape, qui y voit un moyen de compenser le refus de la France d'établir l'Inquisition dans son pays, la Compagnie du Saint-Sacrement, au même titre que d'autres associations secrètes, est un moyen détourné, pour Rome, d'appliquer une politique de répression à l'égard des dissidents. Si le but profond de cette Compagnie est de propager la foi et d'épurer les mœurs, ce n'est cependant pas celui qu'elle revendique, pour l'extérieur.
Elle se fait plus adroitement passer pour un organisme de charité, paravent imparable pour exercer sa police occulte. Ses méthodes sont en accord avec sa fonction, encourageant la délation qui entraine la condamnation et l'exécution de personnes considérées comme manquant de respect à la religion. Cette société secrète n'œuvre pas impunément dans l'ombre car elle est plusieurs fois montrée du doigt, notamment en 1660, par un abbé qui déclare qu'elle est une “ cabale ”, nom qui lui restera. Des hommes d'église s'indignent que la défense de la foi devienne ainsi, pour la Compagnie, un prétexte destiné à servir des actions peu louables et même des ambitions. Cet organisme est d'ailleurs un vrai danger pour la vie politique.
Mazarin s'en méfie et enquête à son sujet et Colbert, à son tour, porte un œil attentif à ses actes. Louis XIV ne la combat pas de front, mais prend des mesures indirectes contre elle, telle l'arrestation de Fouquet, actif membre de la Compagnie, qui lui porte un sérieux coup. Il ne peut donc que se réjouir quand Molière, qui ne cache pas sa haine pour cette organisation, donne à Cléante, dans son Tartuffe, l'occasion de décrire publiquement ces plus ou moins faux dévots :


Ces gens qui, par une âme à l'intérêt soumise, 

Font de dévotion métier et marchandise,

Et veulent acheter crédit et dignités

À prix de faux clins d'yeux et d'élan affectés,

Ces gens, dis-je, qu'on croit d'une ardeur peu commune

Par le chemin du Ciel courir à leur fortune,

Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour,

Et prêchent la retraite au milieu de la Cour,

Qui savent ajuster leur zèle avec leurs vices, 

Sont prompts, vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices, 

Et pour perdre quelqu'un couvrent insolemment 

De l'intérêt du Ciel leur fier ressentiment...

Lorsque la Compagnie, alors soutenue par la reine mère, réussit à interdire Tartuffe, Louis XIV, qui la sait encore trop puissante, ne se risque pas à la contredire. Il attend seulement le moment opportun, et c'est en 1666 que la Compagnie est officiellement dissoute.

Molière peut à nouveau représenter Tartuffe, en 1669 ; la reine mère est morte, enlevant au parti dévot son principal support.

 

 

 

 

page 168

Ceux qui sont venus d'ailleurs

 

Ce titre peut prêter à sourire, nous n'imaginons pas forcément les choses sous cet angle avec nos croyances et notre formatage, les extraterrestres ont toujours été un sujet sensible à aborder dans les sciences de la vie, alors pour l'incorporer à notre histoire humaine, cela devient une gageur. Il n'y a pour le moment, que les livres d'Anton Parks qui donne la version la plus approchante de notre histoire avant notre humanité actuelle, sachant bien sûr qu'il déguise pas mal de choses en donnant une version fausse de l'histoire sur les pyramides par exemple, qui sont si vous regardez bien la création d'Osiris. Tout viendra en son temps, d'ici là je vous aurais donné quelques indices en rapport avec le Serpent, Osiris et Jésus qui vous permettrons de mesurer à quel point nous avons toujours été aveugle, alors pour le reste... 

 

Les Néphilims

Ce que donne Gérard de Sède n'est pas tout à fait exact quand il parle des Néphilims, car Jésus lui-même avant de s'incarner dans un corps humain s'appelait Osiris, et que ce dernier venait d'un peuple issu des étoiles, les Néphilims (les géants) sont nés après. Jésus est donc un extraterrestre, comme nous toutes et tous sur terre puisque nous avons parcouru un cycle d'au minimum 25.920 ans pour les plus jeunes. Normalement en étant logique ici aussi, il devait bien avoir un moyen de transport pour arriver sur notre petite planète bleue et sans doute pas un vélo, quant à choisir entre un vaisseau spatial qu'aurait utilisé Osiris ou un futur module de transport même d'Elon Musk, il n'y a pas photo. Mais ceci est une autre histoire qui s'actualisera dans les années à venir. Patience, tout viendra en son temps. 

 

 

Publié le: samedi 08 juin 2019 (602 lectures)
Copyrights © par Conscience & Inconscient

Format imprimable  Envoyer cet article à un(e) ami(e)

[ Retour ]